Attaque à Rambouillet : Gabriel Attal fustige les réactions de certains politiques, de vrais "vautours"

Attaque à Rambouillet : Gabriel Attal fustige les réactions de certains politiques, de vrais "vautours"©Panoramic

publié le dimanche 25 avril 2021 à 16h10

Invité de France Inter et France Info, dimanche 25 avril, le porte-parole du gouvernement est revenu sur les réactions de la classe politique à la suite de l'attaque contre une fonctionnaire de police à Rambouillet, vendredi. Des réactions qui, pour certaines, l'ont choqué.

Quelques heures après l'attaque au couteau perpétrée au commissariat de Rambouillet (Yvelines) et qui a coûté la vie à une fonctionnaire de police de 49 ans, les réactions politiques se sont enchaînées. La classe politique a unanimement réagi, certains élus ont fustigé la politique du gouvernement en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme. Un comportement que Gabriel Attal, invité dimanche 25 avril de France Inter, France Info et Le Monde, dénonce comme "des réflexes [que j'ai] qualifié de vautours". Le porte-parole du gouvernement se dit "sidéré par certaines interventions, qu'on a entendues, à peine deux heures après que l'attaque a été commise".



"Aller sur les plateaux de télévision pour tweeter pendant qu'il y a encore une intervention sur la scène de crime, pendant qu'on ne sait pas encore si les familles ont été prévenues ou pas. Tout de suite aller dans les médias se répandre pour intervenir, je ne trouve pas ça décent", a martelé le porte-parole du gouvernement. Quand un journaliste lui demande s'il pense à Marine le Pen, présidente du Rassemblement National, Gabriel Attal répond oui "notamment". "Je ne trouve pas ça décent", insiste-t-il. Tout en reconnaissant que "sur le fond entend les interventions politiques" émanant de certaines personnalités à droite de l'échiquier politique.

Une situation sécuritaire "grave" selon Marine Le Pen

La présidente du Rassemblement National s'était exprimée quelques heures après le drame par téléphone sur la chaîne BFM TV. Elle avait dénoncé la politique du gouvernement. "Il ne vous a pas échappé qu'Emmanuel Macron c'est le chaos, que ça fait quatre ans que c'est le chaos. Que jamais la situation sécuritaire dans notre pays a été aussi grave", avait-elle notamment déclaré. Une réaction que ne semble donc pas apprécier le porte-parole de l'exécutif. Pas plus que celles, de personnalités politiques, se plaisant à imputer de tels drames à une quelconque inaction du gouvernement. "Je considère qu'on ne peut pas faire de la politique politicienne avec de tels drames", tacle ainsi Gabriel Attal sur France Inter.

Vendredi 23 avril, aux alentours de 14h20, une fonctionnaire de police de 49 ans a été tuée au commissariat de Rambouillet (Yvelines). Son assaillant, blessé par balles par un autre policier, a succombé à ses blessures. Âgé de 36 ans, il s'agit d'un ressortissant tunisien en situation régulière qui n'était pas connu des services de police. Le parquet antiterroriste s'est saisi de l'enquête.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.