Attaque à Paris : François Hollande s'inquiète d'un "consensus pour dénoncer" mais pas "pour agir"

Attaque à Paris : François Hollande s'inquiète d'un "consensus pour dénoncer" mais pas "pour agir"
François Hollande, en février 2020, à Paris

, publié le samedi 26 septembre 2020 à 10h42

L'ancien président de la République, en poste pendant la vague d'attentats terroristes de 2015 et 2016, appelle à la "mobilisation de tous les acteurs politiques".

Une attaque à l'arme blanche perpétrée à proximité des anciens locaux de Charlie Hebdo a fait deux blessés à Paris, vendredi 25 septembre, alors que la justice a rouvert depuis plusieurs la page douloureuse des attentats de janvier 2015. Après cet acte, que Gérald Darmanin a qualifié comme relevant "manifestement du terrorisme islamiste", François Hollande a plaidé pour une politique "d'ensemble" face à la menace séparatiste. L'ex-président de la République a réclamé "la mobilisation de tous les acteurs politiques", déplorant que le "consensus pour dénoncer" l'attaque de vendredi ne débouche pas sur "un consensus pour agir".


"Cela ne peut pas être seulement un discours", a déclaré l'ancien chef de l'Etat, sur BFM-TV, vendredi 25 septembre.

"Ce doit être une politique qu'on voit dans toutes ses dimensions: l'éducation, l'emploi, la politique urbaine, mais aussi la sécurité et la lutte contre la radicalisation". "C'est un ensemble, n'attendons pas un discours, ou une loi, pour en avoir terminé avec ce qui est en cause et pas simplement en France", a-t-il souligné, alors que le gouvernement prépare une loi contre les "séparatismes", notamment l'islam politique.

"Une fois encore c'est la liberté qui est la cible de cette barbarie", avait réagi dans l'après-midi François Hollande. "Une fois encore c'est la cohésion nationale qui est mise à l'épreuve. Une fois encore c'est la République qui est frappée. Mais comme hier elle saura montrer la force de ses valeurs et la fermeté de sa réponse."

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.