"Astuce politique", proposition "démagogique" : les réactions de la classe politique au projet de suppression de l'ENA

"Astuce politique", proposition "démagogique" : les réactions de la classe politique au projet de suppression de l'ENA
Emmanuel Macron en déplacement à Agen, le 6 mars 2018 (archive)

Orange avec AFP-Services, publié le vendredi 19 avril 2019 à 13h45

Dans son projet d'allocution, le président de la République Emmanuel Macron se dit favorable à la suppression de l'ENA, dont il est sorti diplômé en 2004.



Emmanuel Macron a été diplômé de l'ENA en 2004, au sein de la promotion Senghor. Depuis l'évocation d'une possible disparition de l'ENA, étudiants et anciens élèves de ce temple de la haute fonction publique ont exprimé leur désarroi, déplorant que leur école serve de bouc émissaire.Née au lendemain de la Seconde Guerre mondiale mais installée à Strasbourg seulement depuis 1991, l'ENA a formé en un peu plus de 70 ans quelque 7.000 hauts fonctionnaires français et accueilli plus de 3.700 élèves étrangers, venus de 134 pays.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.