Assemblée: Le Gendre saisit la déontologue après la nomination de son épouse à la FDJ

Assemblée: Le Gendre saisit la déontologue après la nomination de son épouse à la FDJ
Gilles Le Gendre, patron des députés La République en Marche (LREM), le 19 septembre 2018 à Paris

AFP, publié le lundi 15 avril 2019 à 13h31

Le patron des députés LREM Gilles Le Gendre a annoncé lundi qu'il avait saisi la déontologue de l'Assemblée nationale, en réponse à la polémique entourant la nomination de son épouse à la Française des Jeux en pleine adoption d'une loi prévoyant sa privatisation.

"Pour lever définitivement tous les doutes, je vous informe que j'ai saisi la déontologue de l'Assemblée nationale", a indiqué M. Le Gendre dans un courrier envoyé aux députés LREM que l'AFP s'est procuré.

"Elle me dira si des erreurs ont pu être commises dans l'exercice de mon mandat et ses conclusions nous donneront une indication précieuse sur la meilleure manière de gérer ce genre de situation à l'avenir", a ajouté le président du groupe.

M. Le Gendre essuie une vive polémique depuis jeudi dernier et l'annonce de la nomination de son épouse, Raphaële Rabatal, comme directrice de la communication de la Française des jeux, juste avant l'adoption définitive de la loi Pacte qui prévoit sa privatisation.

Plusieurs élus d'opposition ont dénoncé cette concomitance. "Ca s'appelle un conflit d'intérêts", a ainsi lancé la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen dimanche, quand le patron des Républicains Laurent Wauquiez a évoqué un "soupçon extrêmement lourd de conflit d'intérêts" qui devrait conduire Mme Rabatel à "renoncer" à ce poste.

Le député de Paris a récusé lundi dans sa missive ces "insinuations malveillantes", en soulignant d'abord que son épouse était une "professionnelle de la communication depuis trente ans" et qu'il n'avait été "en rien associé à son recrutement réalisé dans les règles".

"Ses nouvelles fonctions excluent toute relation avec les parlementaires", a également fait valoir M. Le Gendre. 

"Le calendrier de l'annonce de ce recrutement est grandement responsable du déclenchement de cette polémique", a souligné M. Le Gendre en arguant que la FDJ avait choisi "d'anticiper" l'officialisation de la nomination de Mme Rabatel car "la presse s'apprêtait à faire fuite l'information".

"Tout prétexte est bon pour porter atteinte à l'honneur d'un responsable politique", a encore déploré M. Le Gendre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.