Assassinat du préfet Érignac : l'hommage d'Emmanuel Macron

Assassinat du préfet Érignac : l'hommage d'Emmanuel Macron©Source BFMTV

Source BFMTV, publié le mardi 06 février 2018 à 11h20

Il fut le premier préfet tué en France depuis la seconde guerre mondiale : le 6 février 1998, il y a 20 ans jour pour jour, le préfet de Corse Claude Érignac était assassiné en pleine rue par les indépendantistes de l'île. Ce mardi, le président de la République Emmanuel Macron, qui effectue une première visite très attendue en Corse, rend hommage au haut fonctionnaire.



À 10h30, le chef de l'Etat et le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb sont arrivés à Ajaccio dans la petite rue Colonna-d'Ornano - du nom du lieutenant-colonel Jean Colonna d'Ornano, soldat de la France libre mort en Libye en 1941 -, où le préfet de Corse était tué de trois balles, dont une à bout portant dans la tête, alors qu'il se rendait au théâtre pour assister à un concert avec son épouse. Emmanuel Macron a inauguré la place Claude Érignac où un olivier a été planté avec, gravée au sol, l'inscription "un homme, une place". La veuve du préfet, Dominique Érignac, et leurs deux enfants ont choisi les détails de cet hommage, "avec un objectif : celui de la plus grande sobriété", a expliqué l'actuel préfet de Corse, Bernard Schmeltz.

Sont présents notamment d'anciens préfets de la région et de nombreux élus insulaires dont le président nationaliste du Conseil exécutif Gilles Simeoni qui, avant d'être élu, a été l'un des avocats d'Yvan Colonna, condamné à la perpétuité pour l'assassinat de Claude Érignac. En revanche, le président de l'Assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni est absent. Il explique son refus d'y participer par son "histoire politique" proche des mouvances indépendantistes clandestines.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.