Article 24: il ne suffira pas de "changer l'ordre des mots", prévient Quatennens (LFI)

Article 24: il ne suffira pas de "changer l'ordre des mots", prévient Quatennens (LFI)
Adrien Quatennens à l'Assemblée nationale le 13 octobre 2020

, publié le mardi 01 décembre 2020 à 10h51

Le numéro deux de LFI Adrien Quatennens a de nouveau réclamé mardi le retrait de la loi "Sécurité globale", soulignant qu'il ne suffira pas de "changer l'ordre des mots" de l'article 24 pour satisfaire ses opposants.

"Les manifestations ce week-end étaient un sursaut démocratique et que la majorité ne s'y trompe pas: il ne s'agira pas simplement de changer l'ordre des mots, des points et des virgules dans l'article 24", a-t-il souligné sur Radio Classique.

Soucieuse d'éteindre l'incendie, la majorité a décidé lundi une "réécriture totale" de l'article 24 de la proposition de loi "Sécurité globale" afin de "lever les doutes" qui n'ont cessé de s'intensifier ces derniers jours jusqu'à provoquer une crise politique majeure.

Pour le député Insoumis, "la loi Sécurité globale doit être retirée et nous devons travailler à une refondation de la police républicaine, un retour des gardiens de la paix et une pacification des relations entre la population et sa police républicaine".

Réclamant de nouveau "le limogeage ou la démission" du préfet de police de Paris, Didier Lallement, il a plaidé pour "revoir la doctrine de maintien de l'ordre, aller vers des doctrines de désescalade" entre manifestants et policiers, mais aussi pour "recruter davantage" alors que le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin "a participé à une majorité de droite (sous le quinquennat Sarkozy, NDLR) qui a ruiné les effectifs de police".

Il faut aussi "d'urgence accroître la formation alors qu'aujourd'hui elle est expéditive", permettre le "retour de la police de proximité", "en finir avec l'absurde politique du chiffre", et "dissoudre l'IGPN" qui est "une mascarade", a-t-il ajouté en faisant valoir que LFI n'a "jamais été antiflics".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.