Arnaud Montebourg favorable à un référendum sur la loi Travail

Arnaud Montebourg favorable à un référendum sur la loi Travail
Arnaud Montebourg, prononce un discours lors de sa traditionnelle ascension du mont Beuvray, le 16 mai 2016.

Orange avec AFP, publié le mercredi 25 mai 2016 à 13h40

Le référendum pour sortir de la crise ? Arnaud Montebourg a suggéré cette idée pour remédier à la contestation contre la loi El Khomri. Pour l'ancien ministre de l'Économie, il est nécessaire d'organiser le dialogue face à la grogne sociale, à travers notamment la nomination d'un médiateur.

"Privilégions la démocratie à la violence" : Arnaud Montebourg s'est déclaré ce mercredi 25 mai favorable à un référendum sur la travail sur RMC et BFMTV.

"Un référendum sur la loi Travail serait une bonne recommandation" a-t-il avancé. L'idée avait notamment été recommandée par Jean-Claude Mailly, patron de Force Ouvrière. L'ancien ministre temporise néanmoins concernant les responsabilités face à cette situation trouble que traverse le pays. "Les torts sont partagés" estime Arnaud Montebourg, qui considère que, même si "ces blocages sont nuisibles à l'intérêt de la France", "le gouvernement a la responsabilité de débloquer cette situation".

L'ex-élu de Saône-et-Loire multiplie les attaques contre le gouvernement dont il s'est détaché en août 2014. Estimant que "la politique du coup de force se paie", il ajoute que "les 4 années de mandat (de François Hollande, ndlr) sont un échec collégial". "Les salariés sont les laissés pour compte de la politique du gouvernement sur les plans fiscal et salarial", pense celui qui prône une consultation populaire si un compromis avec les syndicats n'est pas trouvé.



- UNE ÉVENTUELLE CANDIDATURE "D'ICI L'ÉTÉ" -

Arnaud Montebourg, qui se montre critique à l'égard de l'équipe gouvernementale, défend sa conception de l'unité des citoyens. Franchissant une étape supplémentaire vers la candidature à la présidentielle de 2017, l'ancien ministre évoque son "grand projet patriotique" qui devra "unifier les Français". Bien qu'il assure ne pas avoir pris de décision pour cette échéance électorale à venir, il s'attelle actuellement à bâtir un projet, "le projet France", qui se veut "alternatif aux appareils politiques". Il n'exclut pas cependant de se présenter, mais réserve sa décision à plus tard, "d'ici l'été", précise l'ancien élu.

Revenant sur l'idée d'une primaire à gauche dont il est le fervent défenseur, il estime à nouveau ce mercredi que "le président doit s'y présenter s'il est candidat pour 2017". "Sans primaire, l'élimination de la gauche dès le premier tour est garantie et programmée", et "ce serait de l'intérêt de tous, y compris de l'actuel président, de s'y soumettre", avait déjà déclaré Arnaud Montebourg dans les colonnes du Parisien le 22 mai.



Parti depuis moins de deux ans du gouvernement, Arnaud Montebourg multiplie ces derniers temps les attaques à destination du chef de l'État. Le slogan "ça va mieux" martelé par François Hollande depuis quelques semaines, Arnaud Montebourg n'y croit pas. "Il y a une forme d'autosatisfaction technocratique dans tout ça et surtout une forme de déni de la réalité", a déclaré l'ancien ministre de l'Économie. Il estime au contraire que "l'économie n'est toujours pas repartie", contrairement à une augmentation "de l'appauvrissement constaté".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU