Aquarius: SOS Méditerranée coupable de "traite humaine" pour le RN marseillais

Aquarius: SOS Méditerranée coupable de "traite humaine" pour le RN marseillais
Le navire Aquarius, de l'ONG SOS Médietarranée, amarrée face au Mucem, le Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, à Marseille, le 29 juin 2018.

AFP, publié le vendredi 29 juin 2018 à 19h03

En transportant "des clandestins", l'ONG SOS Méditerranée se rend coupable de "traite humaine" a accusé vendredi le Rassemblement national (RN, ex-FN) marseillais, lors d'une manifestation contre la présence de l'Aquarius à Marseille.

Dans un communiqué, le PS marseillais a par contre demandé que Marseille devienne "le port d'attache symbolique" du naviral amiral de l'ONG.

"Ils prétendent être une association caritative mais ils sont en lien avec les passeurs", a dénoncé Stéphane Ravier, seul sénateur RN et seul candidat officiellement déclaré à la succession de Jean-Claude Gaudin (LR) à la mairie de Marseille: "Commençons par nous occuper de nos pauvres avant de ceux des autres, ce n'est pas à la France de supporter le malheur des autres".

Environ soixante personnes ont répondu vendredi après-midi à l'appel à manifester du RN contre la présence de l'Aquarius, amarré depuis vendredi matin face au Mucem, le Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, avec une banderole et un slogan pour résumer leur position: "Transport de clandestins = traite humaine".

Le navire amiral de SOS Méditerranée, une ONG dédiée au secours des migrants en mer, devrait rester dans la cité phocéenne pour une escale technique de quatre jours, le temps de ravitailler et de changer d'équipage. Pour cette escale l'ONG s'était d'abord adressée à Malte, sans succès. Et elle avait délibérément choisi d'éviter l'Italie, où "le climat (n'est) pas du tout favorable aux ONG", selon son directeur des opérations Frédéric Penard.

L'Aquarius est arrivé de Valence, en Espagne, où il avait pu accoster le 17 juin, avec 630 migrants au total, répartis dans trois navires, après s'être vu refuser l'accès aux ports de Malte et d'Italie.

Si le RN marseillais ne veut pas de l'Aquarius dans sa ville, le PS local veut par contre que celui-ci puisse "battre pavillon marseillais", selon les termes de Benoît Payan, le président du groupe socialiste de la ville de Marseille, dans un communiqué appelant la ville à se montrer "complice" des sauveteurs. 

"Entre l'Italie honteuse et l'Espagne glorieuse, il y a eu la France, silencieuse. Un silence coupable", a critiqué le leader du PS marseillais, selon qui, "en plus d'accueillir le siège social de SOS Méditerranée, Marseille doit devenir le port d'attache symbolique de l'Aquarius, son refuge, celui qui lui ouvrira toujours ses portes".

est-ol/sd

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU