Après de "graves" dysfonctionnements, les préfets sommés de superviser la distribution des documents électoraux

Après de "graves" dysfonctionnements, les préfets sommés de superviser la distribution des documents électoraux
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

publié le dimanche 20 juin 2021 à 09h39

Des "dysfonctionnement majeurs" ont entravé, pour le premier tour des élections régionales et départementales, la distribution de la propagande électorale.


C'est un couac que le gouvernement entend ne pas reproduire au deuxième tour. Dans un courrier adressé aux préfets le secrétaire général du ministère de l'Intérieur Benoît Albertini a donné des consignes précises.

"Si des dispositions ont été prises après chaque signalement pour apporter les réponses utiles, il est absolument nécessaire de s'assurer, en vue du 2ème tour des scrutins, des garanties qui pourront être apportées pour tirer les leçons des difficultés constatées", écrit le secrétaire général. "Il est également fondamental que les élus des territoires, qu'ils soient candidats ou non, disposent des informations utiles à ce titre".


Pour assurer "une supervision effective et systématique de la mise sous pli", les préfets devront "détacher un agent de la préfecture sur les lieux où sont organisées ces opérations pour en vérifier la qualité".

Ils devront aussi "mettre en place une cellule opérationnelle de suivi de la distribution de la propagande électorale sur tout le ressort départemental (le cas échéant au niveau des sous-préfectures pour un suivi fin)".

Il leur est également demandé de "donner suite directement et dans les délais les plus brefs aux signalements  (...) pour que les correctifs nécessaires soient définis et mis en œuvre au maximum sous 24 heures et en tout état de cause à la plus prochaine tournée de distribution".

Enfin, les préfets devront "mettre à disposition des élus un numéro de téléphone et une boîte fonctionnelle dédiée qui sera relevée en permanence pour traiter ces signalements" et un "point national sera réalisé deux fois par jour par le ministère de l'intérieur pour traiter dans les plus brefs délais les incidents signalés".

Cette semaine, plusieurs candidats et partis dont LFI se sont plaint de problèmes dans l'acheminement des professions de foi chez les électeurs, et mis en cause le nouveau prestataire Adrexo, choisi au terme d'un appel d'offres par le ministère de l'Intérieur.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.