Apprentissage: les petites entreprises taclent le Medef

Apprentissage: les petites entreprises taclent le Medef

Un apprenti en 2012 chez un verrier à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne).

Libération, publié le vendredi 26 janvier 2018 à 18h48

C'est un rappel à l'ordre des petites entreprises aux plus grandes. Jeudi, l'U2P, l'organisation regroupant les entreprises de commerce, les artisans et les professions libérales, a demandé au Medef et à la CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises) d'arrêter la «surenchère» et la guerre de pouvoir qui les oppose aux régions dans le cadre de la réforme de l'apprentissage. L'objet du bras de fer: la gestion de l'apprentissage, et notamment la possibilité d'ouvrir ou de fermer des centres de formation d'apprentis (CFA).

Pour l'heure, les régions, qui jouent un rôle central dans le financement du système, sont aux commandes. Logique, estiment les collectivités territoriales, puisqu'elles connaissaient bien leurs territoires et leurs spécificités. Mais pour le…

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - Apprentissage: les petites entreprises taclent le Medef
  • Le Medef , qui n'a rien à voir avec les petites entreprises, a absolument tout gagné avec l'élection de M. Macron. Et au Medef, faut étendre aussi et surtout, aux actionnaires de ces plus grandes entreprises et à leurs dirigeants, qui sont généralement aussi les grands bénéficiaires des mesures Macron sur leur patrimoine financier personnel.

  • Ce n'est pas nouveau, toutes les instances de l'artisanat s'étaient opposées à l'époque à la suppression de l'agrément. Agrément qui permettait de vérifier la capacité formatrice des entreprises. Pour les artisans la qualité de la formation est primordiale car ils ont besoin de compagnons qualifiés et de futurs repreneurs. Alors que le Medef se moque de la formation il veut juste pouvoir profiter d'une main d'oeuvre juvénile à bas coût.

    Une vraie analyse cela fait plaisir.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]