"Apartheid" : la tension monte entre Israël et France après les propos de Jean-Yves Le Drian

"Apartheid" : la tension monte entre Israël et France après les propos de Jean-Yves Le Drian
Jean-Yves Le Drian, à Bruxelles, en septembre 2020

publié le jeudi 27 mai 2021 à 14h55

Le chef de la diplomatie française a évoqué dimanche dernier un "risque d'apartheid" sans Etat palestinien.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a convoqué jeudi 27 mai l'ambassadeur de France en Israël à la suite de propos tenus Jean-Yves Le Drian, qui a évoqué un "risque d'apartheid" en Israël. Le patron du quai d'Orsay avait mis en garde  contre un "risque d'apartheid" si aucun Etat palestinien ne voyait le jour aux côtés d'Israël.  

Le chef de la diplomatie israélienne, Gabi Ashkenazy, a indiqué à l'ambassadeur de France en Israël, Eric Danon, que les propos du ministre français étaient "inacceptables, sans fondement et déconnectés de la réalité", lors d'un entretien jeudi matin au ministère israélien des Affaires étrangères à Jérusalem.  La rencontre a été confirmée par une source diplomatique française.

Le ministère israélien des Affaires étrangères dit attendre "de ses amis de ne pas s'exprimer de façon irresponsable, afin de ne pas renforcer les extrémistes et les activités anti-israéliennes et antisémites" à l'étranger, a rapporté son porte-parole, Lior Haiat, dans un communiqué.

Jean-Yves Le Drian avait affirmé au Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI que "si d'aventure on avait une autre solution que la solution à deux Etats, on aurait alors les ingrédients d'un apartheid qui durerait longtemps". "Le risque d'apartheid est fort si on continue à aller dans une logique à un Etat ou du statu quo. Même le statu quo produit cela", avait-il ajouté. Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, avait déjà fustigé mercredi une "leçon de morale hypocrite et mensongère sur cette question".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.