Antisémitisme: "Nous allons adopter une résolution" sur l'antisionisme (Guerini, LREM)

Antisémitisme: "Nous allons adopter une résolution" sur l'antisionisme (Guerini, LREM)
Stanislas Guerini le 17 décembre 2018 à l'Elysée

AFP, publié le jeudi 21 février 2019 à 16h19

Le patron de La République en marche, Stanislas Guerini, s'est efforcé jeudi de clarifier la position d'Emmanuel Macron sur une nouvelle définition de l'antisémitisme en précisant que la majorité allait "adopter une résolution" non contraignante reconnaissant "l'antisionisme comme une forme déguisée d'antisémitisme".

Le président de la République, qui juge que "l'antisionisme est une des formes modernes de l'antisémitisme", a annoncé mercredi que la France allait "mettre en oeuvre" une définition de l'antisémitisme élargie à l'antisionisme, sans toutefois modifier le Code pénal, dans un discours prononcé lors du dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) à Paris.

Il s'agit de recommandations, qui permettront de mieux former les agents publics, les policiers ou les enseignants à lutter contre l'antisémitisme, mais pas d'une modification des textes juridiques, avait précisé dans la foulée l'Elysée.

"Nous allons adopter une résolution qui a été adoptée aussi au niveau européen, qui reconnaît l'antisionisme comme une forme déguisée d'antisémitisme", a expliqué jeudi sur Radio Classique Stanislas Guerini.

"Il y aura la reconnaissance qui sera faite, les juges pourront s'en emparer, il n'y a pas besoin de modifier le code pénal pour cela", a-t-il précisé.

"Cela ne veut pas dire que l'on ne pourra pas demain, critiquer la politique de l'Etat d'Israël", a aussi assuré le délégué général de la République en marche.

La résolution est un acte par lequel l'Assemblée émet un avis sur une question déterminée. Mais elle n'a pas le caractère contraignant de la loi.

"Le Président a dit que nous allions reprendre une définition qui est une définition qui existe au niveau européen et qui a une valeur non contraignante. Il a dit que nous allions la réintroduire dans notre pays et je crois qu'il y a aura effectivement une résolution qui sera proposée aux parlementaires", a confirmé la garde des Sceaux Nicole Belloubet sur LCI.

Le député RN Gilbert Collard a dénoncé ce choix de l'exécutif et de la majorité. "Le texte pénalisant l'antisionisme ne sera pas contraignant. De la parole aux actes, il y a un pas de courage que Macron ne veut pas franchir: encore et toujours le +en même temps+. Et pendant ce temps l'antisémitisme continue", a-t-il critiqué sur Twitter.

"L'antisionisme aujourd'hui constitue le visage dissimulé de l'antisémitisme", a pour sa part estimé le député Eric Ciotti (LR), qui salue cette décision mais estime "personnellement" qu'"une résolution ne suffira pas" et demande "une traduction législative". 

"L'antisionisme, notamment celui qui se développe dans les milieux d'extrême gauche, celui qui est porté par les milieux islamistes également (...) est aujourd'hui profondément antisémite", a-t-il réaffirmé lors d'une conférence de presse.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.