Annulation des cérémonies du 8 Mai : entre résignation et colère

Annulation des cérémonies du 8 Mai : entre résignation et colère
Emmanuel Macron à Paris, le 8 mai 2019.

, publié le lundi 20 avril 2020 à 14h35

Seule une cérémonie nationale est prévue, retransmise dans le pays, en présence d'Emmanuel Macron.

L'annulation des cérémonies locales de commémoration du 8 Mai pour cause de pandémie provoque des réactions diverses dans la classe politique et chez les associations mémorielles et d'anciens combattants.

"Par sagesse, il faut éviter ces rassemblements. Le 8 Mai, ce sont des personnes âgées qui se rassemblent. Il n'y a pas lieu de polémiquer, l'aspect mémoriel doit s'effacer devant l'aspect santé publique", a déclaré lundi 20 avril Dominique Lépine, président de l'Union française des associations de combattants et victimes de guerre (UFAC), en réaction à la décision gouvernementale de s'en tenir à une commémoration nationale, à Paris.

Une décision que regrette le président de l'association Souvenir Français, Serge Barcellini. "Le 8 Mai, nous y tenons, c'est la victoire sur le nazisme et c'est ce qui a permis la création de l'Europe. Au minimum, il faut que la cérémonie nationale soit relayée par les préfets dans les chefs-lieux, en maintenant les gestes barrières", a-t-il réagi auprès de l'AFP, en soulignant la "sensibilité très forte autour du 8 Mai". "En 1975, Valery Giscard d'Estaing avait supprimé la commémoration du 8 Mai, en faisant valoir que l'Europe ne devait plus se diviser. À l'époque, le RPR et la gauche étaient vent debout. En 1981, François Mitterrand a recréé les commémorations du 8 Mai, qui est devenu un jour férié", rappelle-t-il.

La secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, avait confirmé vendredi que les cérémonies mémorielles du 26 avril (journée du souvenir des victimes de la déportation) et du 8 Mai étaient "annulées dans chaque département" car "il n'est pas question de créer des regroupements composés bien souvent majoritairement d'anciens combattants et de porte-drapeaux".

"Néanmoins, ces journées seront marquées nationalement". Le 8 mai, "une cérémonie sera organisée dans un format particulier qui sera retransmis dans la France entière", a-t-elle ajouté, en précisant que "le président de la République y participera".

Lundi, l'Association des maires de France a invité chaque maire à déposer seul une gerbe au pied du monument commémoratif de la commune. Ce moment de recueillement devra se faire "sans rassemblement ni autre manifestation publique", en compagnie d'un unique porte-drapeau désigné par les associations d'anciens combattants, précise l'AMF lundi dans un communiqué.

"Service minimum"

De nombreux élus de droite ont appelé Emmanuel Macron à revenir sur l'annulation des cérémonies du 8 Mai. Le député LR Philippe Gosselin s'est dit samedi "scandalisé", dans un courrier adressé à l'Elysée, jugeant "ahurissant et inconcevable" qu'on puisse "acheter des croquettes pour nourrir ses chiens ou chats" mais "pas honorer ses morts" le 8 mai. "À ce stade, il n'est même pas prévu que dans chaque département, le préfet accompagné, par exemple, du maire du chef-lieu, d'un porte-drapeau et de quelques représentants du monde combattant, dépose une gerbe et entonne la Marseillaise a capella ?! La Nation ne pourrait même pas assurer ce 'service minimum', mais si fort symboliquement ?", dit-il.

La présidente du Rassemblement national (RN) Marine Le Pen a plaidé dimanche pour que les maires et les préfets puissent aller déposer une gerbe aux monuments aux morts le 8 mai. Elle a également appelé les Français à "mettre un drapeau bleu blanc rouge à leur fenêtre" pour "participer à cette date si importante", marquant le 75e anniversaire de la victoire sur le nazisme.

"Nous sommes en train d'étudier la situation, qui va évoluer dans les trois semaines à venir", a affirmé lundi à l'AFP Agathe Rosa, porte-parole de Mme Darrieussecq. "Il y aura une cérémonie nationale en présence du président, le 8 Mai sera commémoré, a-t-elle insisté. Pour le reste, ce n'est pas encore décidé, les modalités seront fixées en fonction de la situation sanitaire".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.