Anne Hidalgo : "On ne va pas mettre un éboueur derrière chaque Parisien !"

Anne Hidalgo : "On ne va pas mettre un éboueur derrière chaque Parisien !"
Anne Hidalgo, le 25 août 2019 à Paris.

Orange avec AFP-Services, publié le lundi 23 septembre 2019 à 11h24

Au lendemain de la publication d'un article du Guardian décrivant Paris comme "l'homme sale de l'Europe", la maire socialiste a appelé les Parisiens à se prendre "en charge" pour lutter contre la saleté dans la capitale.

"La ville des lumières et du romantisme est devenue une vieille ville sale que les habitants ont surnommé 'Paris poubelle'", déplore le quotidien britannique The Guardian dimanche 22 septembre. "C'est immonde partout. La ville a besoin d'une politique agressive pour rendre les rues plus propres et plus sûres", estime notamment Matthew Fraser, professeur à l'Université américaine de Paris, qui vit dans la capitale depuis près de trente ans. 




"On ne va pas mettre un éboueur derrière chaque Parisien", a répliqué lundi matin la maire de Paris Anne Hidalgo, estimant qu'il s'agissait "d'un problème d'éducation". "Je pense qu'il faut tout reprendre à la base, l'éducation au respect, le respect de l'autre, le respect de son environnement, le respect de l'endroit où l'on vit", a estimé l'élue PS sur France Inter, en appelant les Parisiens à se prendre "en charge" pour lutter contre la saleté. 




"Il y avait le même article sur Rome en avril, le même article sur Londres du Guardian il y a un an", a commenté Anne Hidalgo, reconnaissant toutefois ne pas être "satisfaite évidemment de la situation", à six mois des élections municipales où elle devrait briguer un nouveau mandat.

Selon un récent sondage de l'Ifop, la propreté arrive au premier rang (69%) des motivations des Parisiens pour faire leur choix en mars, devant la lutte contre la pollution (65%) et la sécurité des biens et des personnes (63%). 




600 millions d'euros pour la propreté des rues

Pour défendre son bilan, très critiqué par ses opposants en la matière, Anne Hidalgo a souligné que la mairie avait "rajouté des effectifs partout" et "mis en place des équipes d'urgence propreté", assurant également travailler "beaucoup avec les écoles" et "à l'échelle des quartiers". Elle a également cité l'application municipale "Dans ma rue" qui permet aux citoyens de signaler des incivilités et déclencher "une intervention immédiate".

"J'aurais été la maire qui aura mis des moyens supplémentaires : on est quasiment à 600 millions d'euros maintenant de dépenses publiques municipales sur la propreté de nos rues", a rappelé l'élue PS.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.