Anne Hidalgo : "À l'époque, c'était open bar pour l'automobiliste"

Anne Hidalgo : "À l'époque, c'était open bar pour l'automobiliste"
La maire PS de Paris, Anne Hidalgo, le 19 décembre 2017 à La Roche-sur-Yon (Vendée).

Orange avec AFP, publié le mardi 23 janvier 2018 à 14h10

Dans une interview publiée ce mardi 23 janvier par le journal Le Monde, Anne Hidalgo rappelle que les mesures anti-pollution aujourd'hui décriées (fermeture des voies sur berges, restriction de circulation, sortie du diesel...) avait été annoncées lors de la campagne des municipales en 2014.

La maire PS de la capitale rappelle qu'elle proposait aux Parisiens "la sortie du diesel en 2020, la fermeture des voies sur berge aux voitures, la restriction de la circulation... tout cela a été clairement énoncé dans mon programme".

Et d'ajouter : "En face, la position de la droite et du centre était de ne pas faire tout ça. Les Parisiens ont choisi un cap volontariste sur la question de l'écologie". Selon elle, les Parisiens lui demandent de "ne rien lâcher" car "nos enfants sont en train de pâtir de maladies respiratoires ; trop de petits sont asthmatiques ; il y a 2.500 morts par an causées par la pollution de l'air".



"C'est compliqué de changer de modèle dans une ville qui a fait du tout bagnole pendant 50 ans. Les bouchons, c'est vieux comme Paris. Des textes de Balzac et de Hugo évoquent les embouteillages dans la capitale. Les reportages de l'Institut national de l'audiovisuel (Ina) montrent les bouchons place de la Concorde dans les années 1950, 1960, 1970, 1980. À l'époque, c'était open bar pour l'automobiliste", estime-t-elle.

UNE VOTE SUR LA FIN DES VOITURES THERMIQUES

"Ma bataille n'est pas contre la voiture, mais contre la pollution", assure-t-elle, rappelant plusieurs mesures à venir comme l'interdiction des Crit'Air 4 à partir du premier semestre 2019 dans la capitale, puis des crit'Air 3 en 2022 pour arriver à la fin du diesel en 2024. L'édile annonce également l'organisation "une votation citoyenne" sur "la fin des voitures thermiques, d'ici à 2030".

Elle sera organisée "un dimanche au printemps, avant ou après le dernier vote sur le plan climat au Conseil de Paris. Je souhaite que tous les Parisiens inscrits sur les listes électorales puissent y participer donc y compris les citoyens européens, mais aussi les résidents non-communautaires qui vivent dans la capitale. Et je souhaite pouvoir l'ouvrir aux 15-18 ans car il s'agit de leur avenir". "Douze ans, cela permet à chacun de se projeter et se préparer. Personne n'est pris au dépourvu", ajoute-t-elle.

Sur les voies sur berges, la maire de la capitale estime que "le conseil régional d'Île-de-France et sa présidente Valérie Pécresse ont décidé d'en faire un combat politicien". "Elle aurait mieux fait de consacrer toute cette énergie à faire en sorte que le réseau de transport en commun francilien fonctionne mieux", ajoute-t-il.

Anne Hidalgo a également été interrogée sur les déboires du service de vélo en libre-partage Smovengo qui souffre de gros retards à Paris. "Je mets la pression tous les jours sur le nouveau prestataires pour qu'il réponde mieux au cahier des charges". Le mois de janvier sera remboursé aux abonnés du nouveau Vélib'. "Si les retards persistent, je suis favorable à ce que nous remboursions aussi février".

Au 19 janvier, 113 stations étaient ouvertes selon le syndicat, bien loin des 600 stations promises au 1er janvier par le groupement qui a pris la suite du groupe JCDecaux et doit avoir mis en place 1.400 stations fin mars. Aujourd'hui, 92.000 anciens abonnés sont réabonnés et le dispositif compte 2.400 nouveaux abonnés.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU