Alstom/Siemens: Marine Le Pen "ravie que le mariage n'ait pas lieu"

Alstom/Siemens: Marine Le Pen "ravie que le mariage n'ait pas lieu"
Marine Le Pen à l'Assemblée nationale, le 23 janvier 2019

AFP, publié le mercredi 06 février 2019 à 10h58

Marine Le Pen s'est dite mercredi "ravie que le mariage n'ait pas lieu" entre les groupes français Alstom et allemand Siemens et a jugé "ridicule" la crainte de voir les Chinois bénéficier de l'échec de cette fusion.

"Je suis ravie que le mariage n'ait pas lieu", a réagi la présidente du Rassemblement national sur franceinfo.

"Ce n'était pas d'ailleurs un mariage, objectivement, c'était un don que nous faisions à Siemens d'Alstom, qui est une très grande industrie. C'était un véritable scandale", a-t-elle ajouté, en estimant qu'"on va s'en sortir extrêmement bien" au vu des "huit ans de carnets de commandes" d'Alstom.

Dans ce contexte "pourquoi nos dirigeants passent leur vie à brader les champions industriels français", a-t-elle demandé, citant la branche énergie d'Alstom, Alcatel-Lucent, Technip, l'aéroport de Toulouse et les projets sur Aéroports de Paris. "Stop", a-t-elle lancé.

"Ridicule", a-t-elle aussi tranché lorsqu'elle a été interrogée pour savoir si les Chinois ne pouvaient pas se réjouir de l'échec de la fusion Alstom/Siemens.

"Avant que les Chinois vendent des trains en Europe, honnêtement, il y aura de l'eau qui aura coulé sous les ponts. Stop avec ce genre de mensonge qui vise en réalité à dépecer et à exproprier en quelque sorte les Français de leur propre patrimoine".

Le gouvernement français a confirmé mercredi que Bruxelles allait mettre son veto à ce projet de fusion censé mettre sur les rails un champion européen du ferroviaire capable de rivaliser avec la concurrence chinoise. Le ministre français des Finances Bruno Le Maire a vu dans cette décision "une erreur" qui "va servir les intérêts" de la Chine.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.