Aliot (RN) brigue l'agglomération de Perpignan, bataille en vue avec la droite

Aliot (RN) brigue l'agglomération de Perpignan, bataille en vue avec la droite
Louis Aliot (RN), alors candidat à la mairie de Perpignan, lors d'un meeting le 31 janvier 2020 à Perpignan

, publié le jeudi 09 juillet 2020 à 17h17

Le nouveau maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), va tenter de conquérir samedi la présidence de Perpignan Méditerranée Métropole, mais devra compter avec des rivaux à droite, historiquement majoritaire dans l'agglomération.

Dans ce qu'il qualifie de "3e tour" des municipales, M. Aliot sera opposé à Robert Vila, le maire LR de Saint-Estève, commune de 12.000 habitants qui jouxte Perpignan, et à Alain Ferrand, maire DVD de la station balnéaire du Barcarès.

Pour remporter l'agglomération, le vainqueur devra rallier 45 suffrages sur 88, alors que la majorité municipale de Perpignan dispose de 31 voix.

"Notre communauté urbaine a besoin d'une ville-centre forte et dynamique mais Perpignan a impérativement besoin de toutes les communes pour pouvoir jouer son rôle", a écrit Louis Aliot aux autres maires de l'agglomération.

Perpignan Méditerranée Métropole rassemble des stations balnéaires comme Canet-en-Roussillon, Le Barcarès, mais aussi des communes rurales ou viticoles comme Rivesaltes, où se trouve également l'aéroport, ou Tautavel.

Robert Vila affirme pour sa part avoir "construit une majorité de gouvernance" avec le soutien de plus de trente communes, soit une cinquantaine de conseillers communautaires.

Le maire de Saint-Estève affirme que s'il est élu, la communauté urbaine, dirigée depuis sa création par le maire de Perpignan, "ne sera pas opposée à la ville-centre". Mais il entend "rééquilibrer" le rapport de force. 

Avec 17 autres maires, M. Vila avait apporté publiquement son soutien dans l'entre-deux-tours au maire LR sortant, Jean-Marc Pujol, président de l'agglomération depuis 2014. 

La défaite de ce dernier a permis au RN d'enregistrer sa première victoire dans une ville de plus de 100.000 habitants depuis Toulon en 1995.

"Je ne veux pas être dans l'affrontement comme M. Vila, il faut gouverner ensemble dans l'intérêt général, il ne faut pas faire preuve d'ostracisme, ni de sectarisme, je ne suis pas RN mais il faut prendre en compte le suffrage universel", affirme le 3ème candidat, Alain Ferrand, qui se targue de relations "très républicaines" avec Louis Aliot.

Perpignan et les 35 communes de l'agglomération constituent un ensemble de 270.000 habitants, dont 120.000 dans la préfecture des Pyrénées-Orientales.

Louis Aliot a fait cette semaine à l'assemblée nationale sa dernière intervention comme député RN des Pyrénées-Orientales. Dans les prochaines semaines, il cèdera à sa suppléante un mandat acquis en 2017.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.