Alexis Corbière et Raquel Garrido habitent toujours leur logement social à Paris

Alexis Corbière et Raquel Garrido habitent toujours leur logement social à Paris
Alexis Corbière et Raquel Garrido (photomontage).

Orange avec AFP, publié le mercredi 11 octobre 2017 à 11h34

PARIS. Alors qu'ils s'étaient engagés à quitter leur logement social parisien, le député La France insoumise (LFI) et sa compagne y vivraient toujours, révèle Buzzfeed.

S'ils n'enfreignent aucune loi, pour la Régie immobilière de la ville de Paris, leur départ est "une question de morale".

L'affaire ne date pas d'hier. En 2011, Le Monde révèle qu'Alexis Corbière, premier adjoint à la mairie du 13e arrondissement de Paris à l'époque, occupe un logement social à Paris. La polémique repart de plus belle durant la campagne présidentielle 2017 de Jean-Luc Mélenchon, alors qu'Alexis Corbière et sa compagne Raquel Garrido sont tous deux porte-paroles du candidat de la France Insoumise.

Ils habitent en effet depuis 2003 dans le 12e arrondissement dans un appartement de la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP) avec leurs trois enfants. Il s'agit d'un F4 d'environ 80m² dont le loyer s'élève à un peu plus de 1.200 euros par mois.

"UNE CAMPAGNE DE CALOMNIE"

Élu député de la 7e circonscription de la Seine-Saint-Denis mi-juin, Alexis Corbière affirmait à L'Obs fin juin qu'il avait bien l'intention de déménager dans les "mois qui viennent". "C'est compliqué de trouver en deux semaines, mais oui, je vais habiter dans ma circonscription. Est-ce que ça aura lieu dans trois, quatre ou cinq mois, je ne peux pas vous dire. Je ne sais pas si ce sera à Bagnolet ou à Montreuil, je ne sais pas si je vais acheter ou louer, et je dois aussi négocier avec mes trois enfants... Mais je tiendrai parole."

Quatre mois plus tard, le couple est toujours dans son logement social. Et la RIVP a décidé de réagir en envoyant un courrier simple et un recommandé pour leur demander de quitter leur logement, révèle mardi 10 octobre Buzzfeed. "La procédure est classique depuis 2009, écrit le site. Dès qu'une personne est élue ou devient ministre, les bailleurs sociaux de la ville de Paris doivent lui demander de quitter son logement."



Un courrier qu'ils ne sont jamais allés chercher, selon le site. Sans réponse, la RIVP a dû envoyer un huissier remettre le courrier en main propre le 1er août à 7h30. Contacté par Buzzfeed, Alexis Corbière a dénoncé "une campagne de calomnie". Pour autant, il assume ne pas avoir répondu. "J'avais déjà reçu le courrier. Je n'étais pas au courant pour le recommandé, je faisais des sessions parlementaires jusqu'à 1h du matin", se défend-il critiquant la régie "qui aurait pu l'appeler". Et d'ajouter : "Cette lettre n'appelait aucune réponse et il faudrait peut-être que je trouve un logement d'abord, s'est agacé Alexis Corbière auprès de Buzzfeed. Depuis des mois, mon honneur est sali, j'ai dit à la presse que j'allais quitter ce logement. Je vais le faire. Je suis en train de chercher un logement, mais avec une famille de trois enfants, ça ne se fait pas en claquant des doigts."

PAS ILLÉGAL

Leur situation n'est pourtant pas du tout illégale : le couple a investi cet appartement à une époque où il n'y avait pas de conditions de ressources. Mais pour la RIVP, leur départ est maintenant "une question morale". "La dignité voudrait qu'ils s'en aillent", affirme également l'adjoint au logement à la ville de Paris, Ian Brossat.

Leur revenu a en effet considérablement augmenté. Alexis Corbière gagne 7.142 euros brut par mois en tant que député contre 2.350 euros lorsqu'il était enseignant. En plus de ses honoraires d'avocate, Raquel Garrido perçoit une rémunération pour ses chroniques sur C8.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU