Alain Minc votera Emmanuel Macron, les moqueries fusent

Alain Minc votera Emmanuel Macron, les moqueries fusent
Alain Minc a annoncé dans le JDD du 22 janvier 2017 qu'il voterait Emmanuel Macron, après l'élimination d'Alain Juppé à la primaire de droite.

Orange avec AFP, publié le dimanche 22 janvier 2017 à 16h37

Alors que le Journal du Dimanche a annoncé que l'économiste Alain Minc ralliera le camp Macron pour 2017, les réactions sont loin d'être unanimes.

"Girouette", "baiser de l'araignée", "singes savants" : ni les soutiens les plus proches d'Emmanuel Macron, ni les autres politiques n'épargnent Alain Minc.

Et les reproches se cristallisent sur Twitter. De Richard Ferrand, secrétaire général du mouvement En Marche !, à Roger Karoutchi ou Pierre Lellouche, ils dénoncent les changements de position de l'économiste, qui déclarait en octobre 2016 à l'Express, " Je n'admets pas qu'Emmanuel Macron se présente en candidat anti-système. Il est le produit le plus réussi du système éducatif, du système de recrutement des élites".





L'économiste, qui a été un proche de Nicolas Sarkozy et un soutien d'Alain Juppé a donc finalement décidé de se tourner vers le fondateur et leader du mouvement En Marche ! pour la présidentielle de 2017, après la défaite d'Alain Juppé à la primaire de droite. "Si Juppé avait gagné, il n'y aurait pas de sujet Macron. Mais Macron a ce que Napoléon exigeait de ses généraux : du talent et de la chance. Le talent, il l'a montré. La chance, il en a tous les jours".

Richard Ferrand, secrétaire général du mouvement créé par Emmanuel Macron, est soutenu dans ses critiques par Arnaud Leroy, député et soutien de l'ex-ministre de l'Économie.


À gauche, c'est Emmanuel Maurel, eurodéputé socialiste, qui s'est exprimé après ce ralliement. Et même David Cormand, secrétaire national d'EELV, y est allé de son tweet.



""Je ne cherche pas à soutenir le vainqueur ! Je soutiens celui dont je me sens le plus proche", a maintenu Alain Minc devant cette avalanche de critiques.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.