Agression d'une députée En Marche : la classe politique solidaire

Agression d'une députée En Marche : la classe politique solidaire
Laurianne Rossi a porté plainte contre son agresseur (photo d'illustration).

Orange avec AFP, publié le dimanche 30 juillet 2017 à 22h30

REVUE DE TWEETS - Les marques de soutien envers la députée En marche Laurianne Rossi, agressée dimanche 30 juillet sur un marché à Bagneux, ont émané de tous les bords politiques.

La députée de la République en Marche des Hauts-de-Seine, Laurianne Rossi, a été agressée dimanche sur un marché à Bagneux en proche banlieue parisienne. Elle distribuait des tracts lorsqu'elle a été frappée par un homme aux alentours de 11 heures.



"Cet homme était clairement hostile à la politique du gouvernement et de la majorité, ses propos étaient véhéments mais il n'était pas forcément agressif de prime abord", a raconté l'élue de la onzième circonscription du département.

L'homme a, selon elle, accusé les élus En Marche d'être des "députés godillots", puis critiqué "la couverture médiatique orientée en faveur d'Emmanuel Macron". "J'ai commencé à lui répondre, mais je n'ai pas eu le temps de finir. Il m'a asséné un violent coup de poing dans la tempe droite et a pris la fuite", a-t-elle raconté.

Son agression a provoqué de nombreuses réactions indignées de la part de l'ensemble de l'échiquier politique :



La députée s'est dite "sonnée, un peu choquée". "Aucun désaccord politique ne peut justifier la violence, qui plus est contre les élus de la République et les femmes", a-t-elle réagi sur Twitter.



Son agresseur a parcouru une vingtaine de mètres selon elle, avant d'être rattrapé par des militants et des commerçants, qui l'ont maîtrisé et ont ensuite attendu la police.

"L'auteur a été interpellé quasiment immédiatement. A ce stade, il est en garde à vue", a confirmé une source proche de l'enquête. Laurianne Rossi a déposé plainte. Son agression "semble sans gravité corporelle", a indiqué cette même source.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU