Age pivot : Laurent Berger évoque une "volonté d'ouverture" d'Edouard Philippe

Age pivot : Laurent Berger évoque une "volonté d'ouverture" d'Edouard Philippe
Laurent Berger à la sortie de Matignon le 10 janvier.

, publié le vendredi 10 janvier 2020 à 17h32

Après avoir été reçu par Edouard Philippe ce vendredi, Laurent Berger a dit avoir "senti une volonté d'ouverture dans la parole" du Premier ministre à propos de l'âge pivot.

Après la CGT et FO, c'était au tour de la CFDT, représentée par son secrétaire général Laurent Berger, d'être reçue par le Premier ministre ce vendredi pour poursuivre les discussions sur le projet de réforme des retraites. A la sortie de la réunion, Laurent Berger a dit avoir "senti une volonté d'ouverture dans la parole" du Premier ministre sur l'âge pivot, une mesure "aveugle" selon lui et "qui n'avait pas lieu d'être dans le projet de loi". 

"Le Premier ministre nous a dit qu'il répondrait (...) assez vite, assez rapidement (...) à ces préoccupations. On a senti (...) une volonté d'ouverture dans la parole mais encore une fois, je dirais, comme je l'ai dit depuis maintenant quelques jours, tout ça se mesure in fine aux actes", a-t-il dit à l'issue d'une bilatérale sur une "conférence de financement" du système des retraites. 


Il a insisté sur le fait que la CFDT "n'entrera dans la conférence de financement qu'à une seule condition" : "une remise à plat (qui) commence par enlever l'âge d'équilibre". "Cette mesure, telle qu'elle est aujourd'hui, ne porte pas le sceau de la justice sociale", selon lui. Le dirigeant du premier syndicat français, qui soutient le principe d'un système de retraite par points, a été reçu près d'une heure et quart, bien plus longtemps que ses homologues syndicaux et du patronat (45 minutes).
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.