Afghans évacués : "Sécurisation des arrivées maximale" avec des contrôles "à Kaboul, à Abou Dhabi et en France", assure l'exécutif

Afghans évacués : "Sécurisation des arrivées maximale" avec des contrôles "à Kaboul, à Abou Dhabi et en France", assure l'exécutif©Wakil KOHSAR / AFP

publié le mercredi 25 août 2021 à 16h52

"La sécurisation de ces arrivées est maximale depuis le premier jour", a assuré le porte-parole de l'Elysée Gabriel Attal, à l'issue du Conseil des ministres ce mercredi 25 août.

Pour évacuer sans risque les ressortissants afghans depuis la prise de pouvoir des talibans, la France met en place un "triple filet de sécurité", avec des vérifications "à Kaboul, à Abou Dhabi et à leur arrivée en France", selon le porte-parole de l'Elysée Gabriel Attal, à l'issue du Conseil des ministres.



La France procède actuellement à "plusieurs centaines" d'évacuations par jour et "en fin de matinée, il y aura eu probablement (...) 2.500 personnes qui auront été évacuées" depuis le début des opérations, a-t-il ajouté.

Mais "en aucun cas il n'y a de carte blanche, chaque personne, chaque cas, chaque dossier est passé au crible. La sécurisation de ces arrivées est maximale depuis le premier jour", a assuré Gabriel Attal.

Un Afghan placé en garde à vue

À leur arrivée en France après avoir été évacués de Kaboul, cinq Afghans ont fait l'objet ce week-end d'une mesure individuelle de contrôle administratif et de surveillance (Micas), prévue dans le cadre des lois antiterroristes, déclenchant une polémique sur la sécurité des opérations d'évacuations.

L'un d'eux a été placé en garde à vue.  

"Nos services de renseignement enquêtent, interrogent et, le cas échéant, retiennent sans la moindre complaisance l'ensemble des personnes identifiées comme les risques potentiels", a continué le porte-parole de l'Elysée. "Cela se fait à Kaboul, cela se fait à Abou Dhabi et à leur arrivée en France, ce qui constitue un triple filet de sécurité", a-t-il insisté.

La France continuera ses opérations d'évacuation aussi longtemps que possible mais "les Américains ont confirmé leur décision de se retirer au 31 août de la zone et donc de l'aéroport" et "les alliés vont devoir cesser les opérations d'évacuation", a fait savoir Gabriel Attal.

Puis de poursuivre : "Il est probable que nous aurons à anticiper de quelques heures, voire de plusieurs jours, la fin des évacuations côté français".

La France avait déjà prévenu que, si la date du 31 était maintenue, son pont aérien cesserait dès jeudi soir.

La date butoir maintenue par Joe Biden

Mardi, Joe Biden, confronté à un ultimatum des talibans, a en effet confirmé la date butoir du 31 août pour terminer la "mission" de l'armée américaine en Afghanistan, à condition que le nouveau régime afghan n'entrave pas l'évacuation de ceux qui veulent fuir Kaboul.

Lors d'un sommet virtuel avec ses homologues du G7, le président des Etats-Unis a donc opposé une fin de non-recevoir aux alliés de Washington qui plaidaient avec insistance pour une prolongation de la présence militaire américaine, afin de laisser plus de temps aux exfiltrations d'Afghans jugés à risque dans leur propre pays depuis la prise du pouvoir par les talibans.

Mais le respect de ce délai "dépend" de la coopération des talibans pour "permettre l'accès à l'aéroport" des candidats au départ, a-t-il prévenu, les mettant en garde contre toute "entrave" à ces opérations difficiles. Joe Biden a ainsi précisé avoir "demandé au Pentagone et au département d'Etat des plans d'urgence pour ajuster le calendrier si cela devait être nécessaire".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.