Affaires Hulot et Darmanin : Macron craint une "République du soupçon"

Affaires Hulot et Darmanin : Macron craint une "République du soupçon"
Emmanuel Macron, le 26 janvier 2018 à l'Élysée.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 13 février 2018 à 22h30

VIDÉO. Lors de sa rencontre mardi soir avec l'Association de la presse présidentielle, Emmanuel Macron est revenu les accusations d'agression sexuelle visant ses deux ministres Nicolas Hulot et Gérald Darmanin.

Le chef de l'État a mis en garde contre une "forme de République du soupçon".

Si des plaintes classées sans suite peuvent "conduire à écarter ou faire sortir du gouvernement" un ministre ou à l'empêcher d'exercer, "cela devient une forme de République du soupçon où tout se vaut", a déclaré Emmanuel Macron. Le président a expliqué n'avoir pas eu connaissance de l'existence de la plainte qui avait été déposée contre Nicolas Hulot lorsqu'il l'avait fait entrer au gouvernement. 



"Bien évidemment non car ce n'est pas une question que j'ai posée. Après, j'ai été informé par Nicolas Hulot", a-t-il détaillé. "Mais ce n'est pas inscrit au casier judiciaire". Demander "'est-ce que quelqu'un a déjà porté plainte contre vous?', cela n'existe dans aucune démocratie au monde", a-t-il lancé. "Il faut collectivement qu'on se méfie".

"J'ai appliqué des règles de bon sens quand j'ai nommé des ministres. Je me suis assuré qu'ils étaient en règle avec l'administration fiscale et qu'il n'y avait pas d'éléments de vulnérabilité au regard des règles de droit. Je ne souhaite pas que cela aille plus loin", a-t-il ajouté. "On rentrerait dans une drôle de société" si les responsables politiques pouvaient être constamment mis en cause "pour des choses jugées". Il a souligné qu'à ses yeux, le but des contre-pouvoirs comme la presse ne devait pas être de "détruire ceux qui exercent le pouvoir". 

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
334 commentaires - Affaires Hulot et Darmanin : Macron craint une "République du soupçon"
  • Ah bon? Il a pourtant profité des soupçons que le système médiatico-judiciairo-hallandiste a fait peser sur FILLON pour arriver au pouvoir il me semble! Non?

    J'apprécie votre humour : parler de "soupçons" à propos de FILLON... il faut oser le faire !!!

    Mais oui pilou, vos certitudes vous sont dictés par le système médiatico-judiciaro-hollandiste. C'est ce qu'on appelle hurler avec les loups!

  • Ce n'est pas pour rien que Macron a été surnommé "l'Enfumeur" : il a réponse à tout et sait trouver les mots pour noyer le poisson... Il faut dire que "République du soupçon" est bien trouvé... mais ce ne sont que des mots, derrière lesquels il n'y a rien !
    Jusqu'à quand les Français se laisseront-ils endormir par ce charlatan ???

  • Quand on fait passer des entretiens annuels à ses ministres, on n'a pas trop de leçon à donner. De plus, la République a existé et existera après le passage de l'Elu à sa tête : le plus mal élu des présidents de la Vème ne soupçonne-t-il pas que son pouvoir reste malgré tout fragile ?

  • Avant, cela ne le genait pas qu'on égratigne et voire plus certains politiques, cela lui ouvrait la porte. Aujourd'hui son gouvernement n'est pas mieux que les autres et si cela s'avère exact, sa cote va en prendre un coup et c'est tant mieux.
    Le roi devra rendre des comptes !!!

  • la "république des soupçons" a trouvé sources de la multiplicité dans la "république des ripoux" monsieur le Président !

    La République des soupçons c'est LREM.