"Affaire Théo" : Bruno Le Roux évoque un "accident" puis se corrige

"Affaire Théo" : Bruno Le Roux évoque un "accident" puis se corrige
Bruno Le Roux, le 7 février 2017, à l'Assemblée nationale

Orange avec AFP, publié le mardi 14 février 2017 à 17h05

Au cœur d'une période de vives tensions dans certaines banlieues de région parisienne après l'affaire "Théo", chaque mot est remarqué. Le ministre de l'Intérieur a provoqué des réactions indignées ce mardi 14 février 2017, en qualifiant la violente interpellation du jeune Théo, victime d'un viol présumé, "d'accident".

Bruno Le Roux a pris la parole à l'Assemblée nationale, dans le cadre de la séance de questions au gouvernement.

"Vous parlez de la situation qui a été générée par l'accident, le tragique accident dont a été victime le jeune Théo. Je voudrais d'abord, en appelant à la sérénité et au calme, dire et rappeler que la justice est saisie et que rien ne peut justifier la moindre exaction aujourd'hui dans nos quartiers, que la justice passera, le président de la République l'a réaffirmé." a t-il lancé en réponse à Éric Ciotti (LR), qui demandait au gouvernement d'interdire toute manifestation contre les forces de l'ordre.


Le qualificatif "d'accident" correspond à la sémantique utilisé par la police des polices pour évoquer le viol présumé du jeune homme de 22 ans, alors qu'un des policiers impliqués dans l'affaire a bel et bien été mis en examen pour "viol".

Quelques heures plus tard, le ministre a corrigé ses propos, évoquant l'usage d'un terme "inapproprié"

Plus tôt dans la journée, Bruno Le Roux saisi l'IGPN après de nouvelles accusations de violences visant le policier. Dans un témoignage au Nouvel Observateur, Mohamed K., un ami de Théo, raconte avoir été passé à tabac une semaine avant ce dernier par des policiers dont l'agent mis en examen pour viol. "Ce sont des accusations graves portées sur le même fonctionnaire, qui méritent que l'on fasse évidemment toute la lumière. Immédiatement informé, le ministre a saisi l'IGPN", a déclaré le porte-parole du ministère Pierre-Henry Brandet.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.