Affaire Hulot : Christophe Castaner affirme que "rien n'était remonté" jusqu'à lui

Affaire Hulot : Christophe Castaner affirme que "rien n'était remonté" jusqu'à lui
"Ces hommes qui abusent de leur pouvoir c'est insupportable", a lancé Christophe Castaner en réaction à l'affaire Hulot

publié le dimanche 28 novembre 2021 à 16h07

Au moins six femmes, dont l'une mineure au moment des faits, mettent en cause Nicolas Hulot qui a longtemps été une des personnalités préférées des Français.

Christophe Castaner s'est montré formel. Ce dimanche, l'ancien ministre de l'Intérieur a affirmé au micro de BFMTV que "rien n'était remonté" du comportement présumé de Nicolas Hulot en 2018, époque où les deux hommes étaient alors collègues.

Au moment des premières accusations visant Nicolas Hulot, ce dernier "avait livré sa vérité", a indiqué.

Christophe Castaner. Et le patron des députés de la République en marche de commenter : "mon sentiment, c'est que sa vérité n'est pas la vérité".


Le parquet de Paris a ouvert vendredi une enquête préliminaire après la diffusion d'une enquête retentissante de France 2 dans laquelle plusieurs femmes accusent l'ex-animateur et ancien ministre Nicolas Hulot de viols et d'agressions sexuelles, qu'il nie farouchement.

La procureure de Paris Laure Beccuau a annoncé l'ouverture de cette enquête sans qu'une plainte n'ait été déposée. Elle suit là une habitude prise par le parquet de Paris depuis quelques années dès qu'une victime mineure est évoquée, ce qui est le cas dans ce dossier, afin notamment de vérifier s'il n'en existe pas d'autres.

"Ce que ce reportage a d'insupportable est dans la violence de ce qui est raconté", a ajouté Christophe Castaner. "Ce qui est insupportable, c'est non seulement ce qu'on reproche à un homme mais aussi de se dire qu'il y a des femmes qui subissent ces comportements et n'osent pas en parler", a-t-il dit. "La parole doit encore se libérer. Combien ne se sont pas encore libérées ?" s'est-il demandé.

Et Christophe Castaner a par ailleurs indiqué "assumer (sa) responsabilité politique, de quelqu'un qui doit faire que cette domination masculine cesse". "Ces hommes qui abusent de leur pouvoir c'est insupportable", a-t-il lancé. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.