Affaire Griveaux : Piotr Pavlenski a-t-il agi seul ?

Affaire Griveaux : Piotr Pavlenski a-t-il agi seul ?
Piotr Pavlenski, le 14 février 2020 à Paris.

, publié le lundi 17 février 2020 à 12h21

L'avocat de Benjamin Griveaux a émis des doutes sur la seule responsabilité de l'artiste russe contestataire dans la diffusion de vidéos sexuelles qui ont poussé son client à se retirer de la course à la mairie de Paris. 

Inconnu du grand public, Piotr Pavlenski a provoqué un véritable séisme dans la macronie et a bouleversé la campagne des élections municipales à Paris. En cause, la diffusion la semaine dernière de vidéos sexuelles qui ont poussé vendredi 14 février le candidat La République en marche (LREM) Benjamin Griveaux à se retirer de la course.

L'artiste russe a aussitôt revendiqué être à l'origine de la publication des vidéos incriminées.

Il a été placé en garde à vue ce week-end pour "atteinte à l'intimité de la vie privée" et "diffusion sans l'accord de la personne d'images à caractère sexuel", dans le cadre de l'enquête ouverte samedi à la suite du dépôt d'une plainte contre X de Benjamin Griveaux, tout comme sa compagne Alexandra de Taddeo, 29 ans, qui aurait été au départ la destinataire des vidéos incriminées.




Réfugié politique en France depuis 2017, l'artiste de 35 ans a expliqué vouloir dénoncer l'"hypocrisie" de Benjamin Griveaux. Ce dernier "a utilisé sa famille en se présentant en icône pour tous les pères et maris de Paris. Il a fait de la propagande des valeurs familiales traditionnelles", a affirmé Piotr Pavlenski.

"Il a sans doute été aidé"

Une justification "grotesque", pour l'avocat de Benjamin Griveaux, Richard Malka, qui doute que Piotr Pavlenski soit le seul responsable de la diffusion des vidéos. "Clairement, je ne crois pas du tout qu'il ait agi tout seul", a-t-il assuré samedi sur LCI.

Interrogée lundi matin sur la même chaîne d'infos, la porte-parole du gouvernement partage les doutes de l'avocat. "Je ne veux pas verser dans le complotisme. Néanmoins, je remarque qu'il y a quand même une certaine forme de technicité pour mettre en oeuvre tout cela", a déclaré Sibeth Ndiaye, en évoquant "le fait de construire un site Internet, le fait d'écrire en français parfaitement alors que manifestement, Piotr Pavlenski parle certes français, mais avec quelques difficultés". "Donc il a sans doute été aidé, je ne suis pas sûre que ce soit le personnage central de cette affaire", a-t-elle conclu.

Le secrétaire d'État au numérique Cédric O a lui assuré sur FranceInfo ne disposer "à ce stade" d'"aucune information qui me laisse penser qu'il pourrait y avoir autre chose qu'un agissement personnel". "Si ça devait être le cas, ce serait très grave". "Nous n'avons aucune preuve ni aucun indice qui nous laisse penser que la Russie soit impliquée", a ajouté le ministre. 

Invité de BFMTV, l'avocat des "gilets jaunes" Juan Branco, qui affirme avoir "conseillé" Piotr Pavlenski sur les vidéos à l'origine du retrait de Benjamin Griveaux, a assuré de son côté que le Russe avait agi seul "avec la personne qui lui a transmis" les vidéos.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.