"Affaire" Garrido/Corbière : Le Point retire son article et s'excuse, les insoumis contre-attaquent

"Affaire" Garrido/Corbière : Le Point retire son article et s'excuse, les insoumis contre-attaquent
Rachel Garrido et Alexis Corbière (illustration)

publié le jeudi 23 juin 2022 à 15h30

Après avoir publié un article affirmant que le couple d'élus employait une femme de ménage sans papiers, le titre de presse s'est rétracté, évoquant des "erreurs" et des "manquements".

"Je n'en resterai pas là". Après avoir fait l'objet d'un article du Point qui l'accusait d'employer une femme de ménage sans papiers, la députée insoumise Raquel Garrido a contre-attaqué jeudi 23 juin, demandant le licenciement de l'auteur de l'enquête, depuis retirée.


L'affaire a commencé mercredi 22 juin, lorsque Le Point a publié un papier "Exclusif" accusant Raquel Garrido et Alexis Corbière d'avoir fait travailler à leur domicile une femme de ménage sans papiers.

L'article comportait notamment des captures d'écran présentées comme authentiques de prétendus échanges SMS entre la députée et son employée.

Ces révélations ont provoquée une levée de boucliers générale dans le camp des insoumis. Jean-Luc Mélenchon a dénonce dans un tweet les agissements d'une "presse barbouzière".



Raquel Garrido et Alexis Corbière, qui avaient fermement démenti toutes les allégations de l'article, ont aussitôt réagi aux excuses du rédacteur en chef, jeudi 23 juin.


Alexis Corbière, également élu en Seine-Saint-Denis, a pour sa part abondé : "le rédac-chef nous présente ses excuses et retire l'article. Soit. Mais, cela ne peut en rester là", dit-il, estimant que "c'est l'honneur du métier qui est en jeu et la confiance que les citoyens accordent à la presse. Des sanctions doivent être prononcées".


Les réseaux sociaux, notamment à l'extrême-droite, s'étaient déchaînés contre le couple dès la parution de l'article.  L'avocat du couple, Me Xavier Sauvignet, a indiqué à l'AFP qu'il préparait deux plaintes, l'une pour diffamation publique et une autre contre X pour faux et usage de faux et usurpation d'identité.

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.