Affaire Bygmalion : la fuite en avant de Sarkozy

Affaire Bygmalion : la fuite en avant de Sarkozy
Le 16 février 2016, l'ancien président français Nicolas Sarkozy quitte le Pôle financier du tribunal de Paris, dans l'enquête sur l'affaire «Bygmalion».

Libération, publié le mercredi 16 mai 2018 à 18h33

Tout faire pour s'épargner un procès honteux, quoiqu'en dira un jour la justice française. Nicolas Sarkozy ne souhaite tout simplement pas comparaître devant un tribunal correctionnel dans l'affaire Bygmalion, liée au financement douteux de sa campagne présidentielle en 2012. Mercredi matin, ses avocats ont plaidé une fois de plus des vices de procédures devant la chambre de l'instruction, histoire de retarder - voire définitivement torpiller - cette funeste échéance, avec des arguments de plus ou moins bonne foi.

Pour mémoire, l'affaire Bygmalion se décompose en deux volets pénaux: le dépassement des comptes de campagnes, mais aussi et surtout les fausses factures ayant permis de le camoufler. Sur le premier point, Nicolas Sarkozy aura battu un record: 42,8 millions d'euros

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.