Affaire Benalla : Manuel Valls dédouane Emmanuel Macron

Affaire Benalla : Manuel Valls dédouane Emmanuel Macron
Manuel Valls et Emmanuel Macron, le 14 juillet 2016, à Paris

Orange avec AFP, publié le lundi 23 juillet 2018 à 22h40

L'ancien patron de Matignon et ministre de l'Intérieur estime que les actes du collaborateur du président de la République sont "graves", mais qu'il ne s'agit pas d'une affaire d'Etat.

Cinq jours après les premières révélations sur la désormais "affaire" impliquant Alexandre Benalla, Manuel Valls s'est exprimé via son compte Twitter, lundi 23 juillet, jugeant "irresponsable" la "mise en cause" d'Emmanuel Macron, tout en demandant des "sanctions exemplaires" et une "réorganisation" de la protection du chef de l'Etat.




"Des actes graves qui méritent des sanctions exemplaires et une véritable réorganisation de la protection du PR (président de la République, NDLR). Plus que jamais le ministère de l'Intérieur doit en être le chef de file. Mais il ne s'agit pas d'une affaire d'Etat. Gardons la mesure des mots", écrit l'ancien Premier ministre sur Twitter.



Auditionné lundi 23 juillet par la Commission d'enquête de l'Assemblée, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb s'est dédouané d'une quelconque faute dans la gestion de l'affaire, renvoyant d'éventuels manquements notamment au préfet de police Michel Delpuech, qui s'est défendu, et au directeur de cabinet d'Emmanuel Macron.



La Commission d'enquête de l'Assemblée auditionnera mardi le directeur de cabinet de l'Elysée, Patrick Strzoda, et son homologue de l'Intérieur, Stéphane Fratacci, augurant d'une plongée inédite dans les arcanes du pouvoir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.