Affaire Benalla : les députés LREM remotivés après le discours de Macron

Affaire Benalla : les députés LREM remotivés après le discours de Macron
L'assemblée nationale le 13 juin 2018.

, publié le mercredi 25 juillet 2018 à 11h25

Depuis la révélation de la vidéo par Le Monde, le 18 juillet dernier, Emmanuel Macron était resté complètement silencieux.

Il a choisi de rompre son silence et de prendre la parole devant ses alliés. Mardi 24 juillet, Emmanuel Macron a affirmé, devant la majorité et le gouvernement, réunis à la Maison de l'Amérique latine de Paris pour un pot de fin de session parlementaire, qu'il était "seul responsable" de l'affaire Benalla.



Le chef de l'Etat, qui a fustigé "la République des fusibles", a avoué avoir ressenti les "actes du 1er-Mai" de son collaborateur comme "une trahison".

"S'ils veulent un responsable, il est devant vous, qu'ils viennent me chercher", a lancé le chef de l'Etat, après plusieurs jours de silence. Une prise de parole appréciée par un grand nombre de députés La République en marche (LREM) qui ont salué un discours "bienvenu" d'un président de la République qui "assume".

"Une surprise espérée" après plusieurs journées plus que compliquées

"Ça a bien remis les pendules à l'heure. Le président a d'abord bien rappelé ce qui s'était passé, à quel point, il avait réagi en temps et en heure. L'ensemble des parlementaires présents étaient très heureux de le voir ramener les choses à leur juste place", a confié Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale, au micro d'Europe 1. Même son de cloche chez Anne-Laurence Petel, députée des Bouches-du-Rhône : "Je l'ai trouvé combatif et positif. À chaque fois, il est limpide, clair, transparent... Il assume", s'est-elle réjouie.



"C'était un discours attendu par les membres de la majorité", a affirmé Laurianne Rossi, questeure de l'Assemblée, saluant le "courage" et l'"émotion". "Depuis 4-5 jours, les oppositions martèlent qu'il est muré dans le silence", il a choisi son moment en "maître des horloges", a-t-elle ajoutée.



"C'était bienvenu", a commenté Olivier Véran, vantant un discours "fort", un autre député évoquant "une surprise espérée" après plusieurs journées plus que compliqués. "Il s'est comporté en capitaine de navire" et a été "courageux", a estimé un autre participant.

"La France a un Président. La France a une majorité"

"La France a un Président. La France a une majorité. Responsables. Déterminés", a abondé Sacha Houlié.



"Les oppositions avaient désigné des fusibles, elle les voyaient déjà sacrifiés. Parce qu'elles ont été formatées dans une République de lâcheté. Mais Emmanuel Macron n'est pas fait de ce bois-là. Il assume et ne se défausse pas", selon le porte-parole de LREM et député Gabriel Attal.



Il "nous a montré ce soir la voie de l'honneur et du courage! Bref, 'un chef c'est fait pour cheffer' J. Chirac", a commenté le secrétaire d'Etat Jean-Baptiste Lemoyne, ex-Les Républicains.



"Emmanuel Macron assume ses responsabilités, en tant qu'homme et en tant que président. Il refuse la République des fusibles", a tweeté le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux. Pour le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement Christophe Castaner, le président "a assumé sa responsabilité envers les Français. Avec honneur, pour que seule la vérité gagne".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.