Affaire Benalla : Emmanuel Macron se mure dans le silence

Affaire Benalla : Emmanuel Macron se mure dans le silence©Panoramic

, publié le vendredi 20 juillet 2018 à 13h40

Le chef de l'État a mis 36 heures pour lâcher Alexandre Benalla, son chargé de mission accusé de violences lors d'une manifestation le 1er mai. La personnalité d'Emmanuel Macron, qui a une confiance aveugle en ses fidèles, pourrait être en cause.

"La République, elle est inaltérable", a laconiquement déclaré Emmanuel Macron lors d'un déplacement en Dordogne jeudi 19 juillet, sans ajouter un mot de plus.

Comment expliquer le positionnement sibyllin du chef de l'État par rapport à l'affaire Alexandre Benalla ? Le chargé de mission à l'Élysée, qui a frappé un jeune homme lors d'une manifestation à Paris le 1er mai dernier, a été placé en garde à vue ce vendredi 20 juillet et la présidence de la République a annoncé qu'elle avait engagé une procédure de licenciement à son encontre.



Pour autant, le mal est fait : l'opposition est vent debout, une enquête a été ouverte par la justice et une commission d'enquête parlementaire va entendre le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb lundi ou mardi prochains. Face à la crise politique, le chef de l'État n'a pas souhaité s'étendre et a mis 36 heures pour lâcher Alexandre Benalla. Emmanuel Macron aurait-il un problème avec certains de ses collaborateurs ? Serait-il trop intime avec eux ?

D'après Le Monde, qui a interrogé des proches du président de la République, ce fonctionnement de confiance aveugle et fusionnel avec son cercle de fidèles serait révélateur du mode de fonctionnement d'Emmanuel Macron. Ce qui semble le placer parfois hors d'un certain principe de réalité face à ceux qui se sont surnommés "les mormons" et qui parlent du président de la République comme du "chef". Alexandre Benalla était ainsi devenu un intime du couple Macron, l'accompagnant même dans leur appartement parisien pendant leurs vacances ou leurs sorties à ski.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.