Accusé de viol et d'agressions sexuelles, Nicolas Hulot "est jeté en pâture", dénonce son avocate

Accusé de viol et d'agressions sexuelles, Nicolas Hulot "est jeté en pâture", dénonce son avocate
Nicolas Hulot le 3 septembre 2021.

publié le samedi 27 novembre 2021 à 14h14

Au lendemain de l'ouverture d'une enquête préliminaire pour viol et agressions sexuelles contre l'ex-ministre de la Transition écologique, son avocate Me Jacqueline Laffont a fait valoir sur BFMTV "qu'il n'y aurait jamais de procès" en raison de la prescription des faits allégués.

Après la diffusion d'une enquête retentissante de France 2 dans laquelle plusieurs femmes accusent Nicolas Hulot de viol et d'agressions sexuelles entre 1989 et 2001, le parquet de Paris a ouvert vendredi 25 novembre une enquête préliminaire. Aucune plainte n'a été déposée, mais la procureure Laure Beccuau suit là une habitude prise par le parquet de Paris depuis quelques années dès qu'une victime mineure est évoquée, ce qui est le cas dans ce dossier, afin notamment de vérifier s'il n'en existe pas d'autres.



"En toute hypothèse, s'agissant de frais prescrits, il n'y aura jamais de procès, donc jamais de culpabilité", a estimé samedi 27 novembre l'avocate de l'ex-ministre de la Transition écologique sur BFMTV. Pour autant, Me Jacqueline Laffont juge que cette enquête peut-être une bonne chose pour son client.

"Je pense que Nicolas Hulot se réjouit - enfin le mot est un peu fort au regard de la curée médiatique dont il fait l'objet, il n'est pas très en forme, il est même 'anéanti', c'est le mot qu'il a prononcé - que le débat se déplace enfin là où il doit s'exercer dans le respect des règles du droit", a-t-elle expliqué.

L'ex-animateur de TF1"est jeté en pâture, il fait l'objet d'un lynchage médiatique" sur des accusations "qu'il ne comprend pas", a fustigé l'avocate. "Il vit ça très douloureusement et je crois que tout être humain le vivrait douloureusement comme lui", a-t-elle insisté, dénonçant une "opération de destruction".

"Est-ce qu'on a le droit de détruire un homme que la loi interdit de juger ? Est-ce qu'on a le droit de détruire un homme en public, de le livrer à ce lynchage alors que la loi interdit qu'il soit jugé et pourquoi elle interdit qu'il soit jugé?", a-t-elle martelé quelques instants plus tard. 

"Parce que tout ça remonte à 30 ans. Parce que la vérité d'hier n'est pas celle d'aujourd'hui. Parce que les souvenirs ne sont pas là. Même si dans son for intérieur et avec une sincérité et une puissance qui ne l'a jamais quitté, Nicolas Hulot assure qu'il n'a jamais voulu contraindre une femme", a assuré Me Laffont.  "Il y a ces deux vérités-là qui méritent autre chose que cette espèce de déballage, de haine qui ne mène à rien", a-t-elle estimé. 

La veille de la diffusion du reportage, Nicolas Hulot avait nié formellement sur ce même plateau ces accusations et annoncé quitter "définitivement" la vie publique, pour protéger ses proches et sa Fondation des retombées d'un "lynchage".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.