Absentéisme à l'Assemblée : "Passer son temps sur un banc à ne rien dire, ce n'est pas l'idée que je me fais de la vie parlementaire", se justifie un député LREM

Absentéisme à l'Assemblée : "Passer son temps sur un banc à ne rien dire, ce n'est pas l'idée que je me fais de la vie parlementaire", se justifie un député LREM
Les députés examinent le texte de la nouvelle loi Travail le 1er août à l'Assemblée nationale.

Orange avec AFP, publié le samedi 05 août 2017 à 08h18

Franceinfo s'est intéressé vendredi 4 août à l'absentéisme des députés à l'Assemblée nationale. La radio a épluché les données de l'hémicycle et du Journal officiel, compilées par le collectif Regards citoyens sur le site NosDéputés.fr.

Et si certains députés sortent "épuisés" de ces premières séances consacrées à un difficile examen de la loi de moralisation de la vie publique, d'autres ne peuvent pas en dire autant.



L'un d'eux, le député de la Vienne La République en Marche (LREM) Jean-Michel Clément se montre particulièrement discret. Cet ancien élu PS n'est jamais intervenu à l'Assemblée ou en commission, n'a signé aucun amendement ou question écrite et comptabilise seulement deux présences en commission. Contacte par Franceinfo, le député de 62 ans se justifie : "depuis le début, j'ai déployé mon activité sur ma circonscription". Il aurait multiplié les rencontres et travaillé sur des sujets locaux.

"PAS BEAUCOUP D'INTÉRET À SIÉGER"

Surtout, il semble peu à son aise au palais Bourbon. "De toute manière, il n'y a pas beaucoup d'intérêt à siéger dans cette majorité pléthorique, où on nous impose un devoir de silence", lâche-t-il, dénonçant au passage l'autorité trop appuyée du chef du groupe Richard Ferrand. "Passer son temps sur un banc à ne rien dire, ce n'est pas l'idée que je me fais de la vie parlementaire", dénonce Jean-Michel Clément.

Par ailleurs, l'examen de la loi sur la moralisation de la vie publique qui a occupé les députés ces dernières semaines ne représente pas beaucoup d'intérêt pour le sexagénaire qui juge cette loi "non prioritaire", "futile" et "intellectuellement pauvre".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
420 commentaires - Absentéisme à l'Assemblée : "Passer son temps sur un banc à ne rien dire, ce n'est pas l'idée que je me fais de la vie parlementaire", se justifie un député LREM
  • Eh bien ! Il faut le faire savoir haut et fort !

  • En fait, il assume totalement d'être rémunéré à ne rien faire.

    Exactement ! Belle preuve de moralité ! J'espère que ses électeurs s'en souviendront en temps utile ! ! !

    oui mais pendant 5 ans il va encaisser pour les électeurs on verra dans 5 ans

    chez votre patron , votre absence = pas payé et licenciement... LUI, NON; vive la loi sur la moralisation !

  • ceux ci vont bouger quand on leur dira qu'ils toucherons 10 euros de moins par mois !!!!!!!

  • toujours pareille ,trop d'argent pomper dans le porte feuille du contribuable pour des personnes qui ne gland rien.

  • siéger à l'assemblée ne l’intéresse pas, il y perd son temps, que fait il de ses indemnités? est-ce qu'il les prend ?. il croyait quoi ce monsieur, qu'il allait y avoir une liberté de parole chez macron-compagnie, j'ai participé à deux réunions de En Marche dans ma région avec le groupe de soutien, j'ai vite compris qu'il ne fallait pas rester et surtout pas mettre en place ces gens là. J'ai œuvré contre eux mais ils ont eu l'appui du PS.