Abattoirs : Didier Guillaume salue la vidéo de L214 et promet de "mettre le paquet" contre la maltraitance

Abattoirs : Didier Guillaume salue la vidéo de L214 et promet de "mettre le paquet" contre la maltraitance
Didier Guillaume à Paris, le 8 avril 2020.

publié le vendredi 26 juin 2020 à 12h16

"Le président est très en pointe sur ce sujet, sur le bien-être animal, sur les abattoirs", assure le ministre.

"Je salue L214 d'avoir fait cette vidéo". Le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a reconnu vendredi 26 juin que l'action de l'association de défense des animaux était justifiée, après la publication d'une vidéo montrer des "sévices graves" infligés à des agneaux dans un abattoir de Rodez, dans l'Aveyron.

"Les résultats ne sont pas encore définitifs, mais l'enquête vétérinaire montre qu'il y avait vraiment des situations inacceptables", a indiqué le ministre sur franceinfo.

"Sans aucun état d'âme, alors que ça a des conséquences sociales pour les 50 employés de l'abattoir, j'ai décidé la suspension de l'agrément pour les ovins et elle sera maintenue tant que l'opérateur n'aura pas corrigé les dysfonctionnements", a précisé Didier Guillaume. 'Il y a des règles sur le bien-être animal et des règles de fonctionnement dans un abattoir", a-t-il ajouté.


Jeudi, le ministère de l'Agriculture avait annoncé la suspension "immédiate" de l'agrément de la chaîne ovine de cet abattoir de Rodez et une "inspection complète" des installations.

"Je salue L214 d'avoir fait cette vidéo, a indiqué Didier Guillaume. Je regrette que nous ne puissions pas assez le faire en interne.. Le souci que j'ai, c'est que c'est assez compliqué de surveiller tout cela. Nous allons mettre le paquet là-dessus. Le président est très en pointe sur ce sujet, sur le bien-être animal, sur les abattoirs."

Par ailleurs, Didier Guillaume a annoncé qu'il allait "passer une information à l'ensemble des préfets, à l'ensemble des directions départementales de protection pour leur demander une veille plus vigilante."

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.