Abandon de NDDL : les travaux débuteront "avant 2022" à l'aéroport de Nantes-Atlantique

Abandon de NDDL : les travaux débuteront "avant 2022" à l'aéroport de Nantes-Atlantique
Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, le 12 janvier 2018 à l'Élysée.

Orange avec AFP, publié le samedi 20 janvier 2018 à 09h47

Dans un entretien publié vendredi soir par Ouest-France, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux annonce que les travaux de réaménagement et de modernisation de l'actuel aéroport de Nantes-Atlantique débuteront "avant la fin du quinquennat".

La décision d'abandonner le projet de construction d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes a été "une décision éminemment difficile à prendre, mais elle a été mûrie", explique Benjamin Griveaux au quotidien. "Il y avait besoin d'une médiation pour apaiser la tension, parce qu'elle était forte, et être certain que toutes les options avaient bien été mises sur la table (...) Ce n'était pas le cas, puisque cette médiation a montré que l'extension de l'aéroport de Nantes-Atlantiques était une alternative valable à la construction de celui de Notre-Dame-des-Landes".

"AVEC SIX AÉROPORTS, LE GRAND OUEST EST BIEN DOTÉ"

"Nous avons au final pris une décision : assurer le développement économique du Grand Ouest, grâce à un plan global des transports autour de l'aérien et des réseaux ferrés, ne pas construire un aéroport nouveau dans un bocage naturel, et rétablir l'ordre public dans la ZAD", poursuit l'ancien secrétaire auprès du ministre de l'Économie.

"Quand j'entends dire que les travaux (à Nantes-Atlantiques) n'auront pas lieu d'ici 5 ou 10 ans, c'est faux ! Les travaux vont démarrer avant la fin du quinquennat", s'engage-t-il. "Je parle de la modernisation de l'aérogare et la construction de nouvelles voies de dégagement autour de la piste pour fluidifier le trafic des avions au sol". En ce qui concerne l'extension de la piste, "des consultations seront nécessaires avec une procédure plus élaborée".



Selon lui, le projet de Notre-Dame-des-Landes "avait du sens il y a 20 ou 25 ans, lorsque nous avions besoin d'une plateforme en France pour faire du long courrier à l'international, mais le marché a changé, les prix ont chuté, et nous avons aujourd'hui deux hubs internationaux, qui sont Paris et Nice. Nous avons un aéroport pour 360 000 habitants en France, contre un pour 4 millions en Allemagne, soit 11 fois plus chez nous. Avec six aéroports, le Grand Ouest est bien doté".



"LES INTÉRÊTS DU CONTRIBUABLE SERONT PRÉSERVÉS"

Le trafic de l'aéroport de Nantes-Atlantique a augmenté de 14,9 % en 2017 avec près de 5,5 millions de passagers, selon le groupe Vinci. La croissance du trafic nantais est supérieure de plus de trois points à celle observée dans la dizaine d'aéroports exploités par le groupe en France.

Le plan de financement de ces travaux "va s'établir dans les discussions entre Vinci, l'État et les collectivités", détaille-t-il, précisant au passage que la facture de 350 millions liée à l'indemnisation de Vinci est "complètement erronée". "Les intérêts de l'État et l'argent du contribuable seront préservés dans cette discussion", assure-t-il.

"La leçon de cette histoire, c'est que 50 ans d'hésitation ne font jamais une bonne décision", conclut-il. "Il faut réfléchir à la simplification des procédures et régler plus rapidement la question des recours en resserrant la période. On ne peut pas être le seul pays au monde à devoir attendre 15 ou 20 ans avant de réaliser un projet, en deux fois plus de temps qu'en Allemagne !"

Vos réactions doivent respecter nos CGU.