A Nancy, Anne Hidalgo "très heureuse de remettre au coeur du débat" l'école

Chargement en cours
La maire de Paris Anne Hidalgo dédicace son livre "Une femme française" dans une libraire de Nancy, le 15 septembre 2021
La maire de Paris Anne Hidalgo dédicace son livre "Une femme française" dans une libraire de Nancy, le 15 septembre 2021
1/2
© AFP, PATRICK HERTZOG

publié le mercredi 15 septembre 2021 à 19h38

Anne Hidalgo, candidate socialiste à l'élection présidentielle, s'est dite mercredi "très heureuse de remettre au coeur du débat" le thème de l'école et des salaires des enseignants, lors d'un déplacement à Nancy.

Venue dans une librairie nancéienne dédicacer son livre, "Une femme française" (Editions de L'Observatoire) paru mercredi, dans lequel elle rappelle son parcours et dévoile ses priorités pour la campagne électorale, la maire de Paris a jugé devant la presse "très intéressant de voir qu'à partir de ce que j'ai écrit dans mon livre, tout d'un coup le débat tourne autour de l'école et de comment on considère, comment on valorise l'école et ceux qui la font vivre, c'est-à-dire les enseignants", a-t-elle expliqué.

Dans son livre, elle juge "possible" de "multiplier par deux au moins le traitement de toutes les personnes au contact avec les élèves" en un quinquennat "ou, pour commencer, aligner a minima le salaire des nouveaux professeurs sur le salaire médian des titulaires d'un bac +5".

"Je suis très heureuse de remettre dans le débat politique un sujet qu'on a essayé de passer par pertes et profits. Moi je ne veux pas passer l'école par pertes et profits", a-t-elle affirmé, aux côtés du maire de Nancy Mathieu Klein, qui pilotera son projet de campagne. 

Selon Mme Hidalgo, "si on en fait une priorité politique, donc budgétaire", sa mesure de revalorisation "est jouable".

"Il y a plusieurs scénarios qui ne coûtent pas plus cher que la suppression de l'impôt sur la fortune,", a-t-elle ajouté, précisant qu'elle allait travailler "avec les syndicats de la fonction publique et de l'enseignement. Ne comptez pas sur moi pour fournir aujourd'hui une grille des salaires, mais le chemin existe".

Dans la libraire le Hall du Livre, elle avait auparavant présenté son ouvrage devant plusieurs dizaines de personnes. Un livre "pour se raconter un peu, dire qui on est, ce qui vous a façonné", a expliqué cette immigrée espagnole arrivée en France à l'âge de 2 ans, et qui a pris la nationalité française à 14 ans.   

"On est toujours plus complexe de ce qu'on imagine de nous. C'est très difficile d'essayer de sortir des étiquettes et des carcans", a-t-elle dit.

Elle a ensuite dédicacé son livre auprès d'une centaine de personnes. "Merci pour votre courage, on sera tous derrière vous", lui a dit Nicolas, militant socialiste de Nancy.

Une autre lectrice, Véronique, s'est dite "très sensible" à son discours "sur l'éducation et sur l'assignation identitaire" des femmes et a jugé qu'il y avait "une gauche à reconstruire". "Nos idées ne meurent pas et nos réponses sont plutôt adaptées à la situation actuelle, donc on ne lâche rien", a répondu Anne Hidalgo.  

Hélène Dousse, professeur de maths de 50 ans à Nancy, l'a remerciée: "C'est bien votre proposition (sur les salaires), ça fait parler les gens. Moi je gagne 2.200 net par mois après 20 ans d'enseignement", a-t-elle expliqué. 

Elle a fait dédicacer le livre à sa fille, Constance, 16 ans, qui "veut être présidente de la République". "C'est vrai? je vais la prendre en stage alors", a souri Anne Hidalgo.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.