A Grenoble : «Pourquoi avoir repris des magasins qui coulaient ?»

Libération, publié le mardi 23 janvier 2018 à 21h06

Al'heure du déjeuner, mardi, les rayons sont déserts dans cette supérette Carrefour située en bordure d'une des artères de Grenoble. Anciennement Dia, ce magasin fait partie des 273 menacés de fermeture s'ils ne trouvent pas de repreneur.

Une mesure figurant dans le plan social annoncé quelques heures plus tôt, lors d'une conférence de presse, par le PDG du groupe, Alexandre Bompard. Des salariés profitent du calme pour déballer des palettes. Les haut-parleurs diffusent de la musique en sourdine et personne n'a encore eu vent de la nouvelle. A l'exception du manager : «J'ai vu passer ça, concède-t-il. Je ne suis pas surpris : quand on veut faire du bénéfice, on vire les gens. Pourquoi avoir repris des magasins qui coulaient déjà ? Ils pensaient qu'il y aurait une…

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - A Grenoble : «Pourquoi avoir repris des magasins qui coulaient ?»
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]