49-3 : "C'est un processus absolument antidémocratique", dénonce une députée LREM qui quitte le groupe

49-3 : "C'est un processus absolument antidémocratique", dénonce une députée LREM qui quitte le groupe
Delphine Bagarry à Paris, le 6 février 2018.

, publié le mardi 03 mars 2020 à 15h33

Les deux députés qui ont quitté LREM mardi ont toutefois assuré qu'ils ne voteraient pas la motion de censure contre le gouvernement.

Nouvelles défections : deux députés LREM ont quitté mardi 3 mars le groupe majorité à l'Assemblée nationale après la décision du gouvernement de recourir au 49-3 pour faire adopter son projet de réforme des retraites. Dans un communiqué, Delphine Bagarry, députée des Alpes-de-Haute-Provence, a annoncé son départ du groupe majoritaire, expliquant notamment qu'elle ne se retrouve pas "dans la méthode du gouvernement et l'utilisation inappropriée du 49-3". Hubert Julien-Laferrière (Rhône), avait fait de même un peu plus tôt.


"Il y a une accumulation de décisions ou d'orientations politiques qui fait que je ne me retrouve plus en phase avec le projet politique que l'on mène", a-t-elle confié à franceinfo.

"Peut-être que ce 49-3 a été la goutte d'eau."


"C'est un processus qui est absolument antidémocratique, et surtout, qu'on aurait pu éviter dans ces cas-là, a-t-elle estimé. Il y a une large majorité, dont je fais partie, qui soutenait cette réforme des retraites." Elle a toutefois déploré un "texte qui n'était pas abouti". Si elle a reconnu une situation d'obstruction parlementaire, la députée a estimé qu'il aurait fallu continuer à discuter. "Je ne comprends pas pourquoi il fallait voter ce texte avant les municipales, a expliqué Delphine Bagarry. Quelque part, on a été volés et dépossédés de la discussion qu'on pouvait avoir pour l'améliorer."

La députée a assuré qu'elle n'allait pas voter la motion de censure, "parce que je crois encore au texte".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.