Strasbourg : le torchon brûle entre majorité verte et socialistes

Strasbourg : le torchon brûle entre majorité verte et socialistes
La maire de Strasbourg Jeanne Barseghian à Strasbourg, le 2 juin 2020

publié le mardi 30 novembre 2021 à 16h31

La maire EELV de Strasbourg a retiré à son unique adjointe PS ses délégations, une décision, dénoncée mardi par les socialistes locaux, qui acte les divergences entre les écologistes et un PS minoritaire au conseil municipal.

L'adjointe, Céline Geissmann, membre du groupe socialiste "Faire ensemble Strasbourg", s'est vu retirer lundi par Jeanne Barseghian ses délégations à la Vie Numérique et à la citoyenneté européenne.

Son groupe, présidé par l'ancienne maire de Strasbourg et ex-ministre de la Culture Catherine Trautmann, compte sept élus au conseil municipal, contre 47 pour les écologistes. PS et Verts n'avaient formalisé aucune alliance après l'échec de leurs négociations entre les deux tours des municipales, l'an passé.

"Dans la mesure où les membres" du groupe socialiste "affirment ne plus faire partie de la majorité, avoir pris leurs distances ou être des +alliés+ au +coup par coup+, j'ai demandé à Céline Geissmann de clarifier sa position", indique dans un communiqué Mme Barseghian qui explique avoir décidé de lui retirer ses délégations en l'absence "de réponse (...) à la hauteur de l'enjeu" .

Le refus par le groupe de Mme Trautmann de voter en septembre une réforme du stationnement jugée cruciale par la mairie écologiste a mis le feu aux poudres, suscitant la colère de la maire qui avait exigé une mise au point des élus PS.

Depuis le début du mandat de Jeanne Barseghian, ces derniers soufflent le chaud et le froid sur l'exécutif Vert, prenant leurs distances avec lui en plusieurs occasions, comme lors des polémiques sur le financement controversé d'une mosquée ou sur l'adoption d'une définition de l'antisémitisme.

"La confiance n'est pas à géométrie variable", a lancé Mme Barseghian à l'adresse des socialistes qui ont longtemps dirigé la mairie de Strasbourg avec les Verts, avant que le rapport de force ne s'inverse lors des dernières municipales.

Côté PS, Catherine Trautmann, qui avait revendiqué la liberté de vote de son groupe, a dénoncé une exclusion "aussi brutale que sommaire".

"Je suis assez surprise par la décision brutale de la maire, qui marque une rupture avec le groupe socialiste, mais je ne suis pas surprise par la méthode", a renchéri mardi lors d'un point de presse Céline Geissmann.

"Nous gardons notre vigilance, même si nous sommes prêts à travailler avec la maire", a ajouté l'élue.

De son côté, Mme Barseghian assure également, dans son communiqué, qu'elle maintient sa main "tendue" vers les socialistes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.