2022: Rebsamen voterait "sans hésitation" pour Macron face à Le Pen

2022: Rebsamen voterait "sans hésitation" pour Macron face à Le Pen
Le maire socialiste de Dijon François Rebsamen, le 16 décembre 2019 à Dijon

publié le dimanche 16 mai 2021 à 01h18

Le maire socialiste de Dijon François Rebsamen voterait sans "l'ombre d'une hésitation" pour Emmanuel Macron en cas de deuxième tour face à Marine Le Pen à la présidentielle de 2022 et dresse un constat accablant du PS, dans un entretien au Journal du dimanche.

"Tout doit être fait pour éviter que des factieux prennent le pouvoir en France. Moi, s'il y a le moindre risque de voir Marine Le Pen arriver au pouvoir, je n'aurai pas l'ombre d'une hésitation", souligne-t-il.

"Certes, Macron a suscité de la haine, notamment par son refus de la taxation des plus riches. Mais quand il s'agit de sauver la République, il n'y a pas à tergiverser", ajoute-t-il, qualifiant de "grave erreur" l'intention de certains à gauche d'exclure tout vote pour Macron.

Pour les régionales de juin, M. Rebsamen plaide, si la situation l'exige après le premier tour, pour "un arc républicain, qui va de la gauche de gouvernement à la droite républicaine", afin d'éviter qu'une "région ne tombe aux mains du FN", c'est-à-dire le Rassemblement de Marine Le Pen. "Entre les deux tours, j'appelle cet arc républicain à fusionner, et non les socialistes à se retirer" comme en 2015 en Paca ou dans les Hauts-de-France, ajoute l'ancien ministre du Travail, 69 ans.

S'il assure que "le PS n'est pas mort", l'ex-sénateur juge la direction actuelle du parti "inexistante". "C'est d'une tristesse absolue. Elle a même fini par décourager les militants. Elle gère dans son coin le déclin, en criant: +  Union, union, union ! + Mais à part courir derrière les écologistes, côté stratégie, c'est le néant", dénonce ce proche de François Hollande.

Sévère envers le patron des socialistes, Olivier Faure, il l'est aussi avec la tête de liste soutenue par le PS en Ile-de-France, Audrey Pulvar. "Quand je regarde ce qui se passe en Île-de-France, je suis atterré. Je ne me reconnais pas du tout dans la candidature d'Audrey Pulvar", dit-il.

Quant à la maire de Paris Anne Hidalgo, elle "souhaite être candidate" pour l'Elysée en 2022, dit-il, "et, au moins, ne crache pas sur notre passé ". Mais "nous devons d'abord écrire un programme, puis choisir le candidat", estime le maire de Dijon.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.