100 adhérents de La République en marche quittent le parti

100 adhérents de La République en marche quittent le parti©Capture BFMTV

Source BFMTV, publié le mardi 14 novembre 2017 à 16h41

"La République en marche est tout sauf bienveillante et empathique". "La République en marche marche désormais sur la tête" et s'est "progressivement coupée de ses forces vives".

Le constat est d'autant plus sévère qu'il émane de "marcheurs" eux-mêmes. Ce mardi, une centaine d'entre eux, qui se sont surnommés les "100 démocrates", publient une lettre annonçant leur démission du parti de la majorité.



Un événement loin d'être anodin, qui révèle une dynamique interne sur le déclin, à quelques jours seulement du Congrès qui doit fonder officiellement La République en marche, samedi à Lyon. Le texte, signé par des militants et des élus et relayé par nos confrères de Franceinfo, dresse un contact accablant pour la formation politique. Les démissionnaires y dénoncent tout d'abord "des comités qui se sont vidés" quelques mois seulement après l'élection d'Emmanuel Macron.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
629 commentaires - 100 adhérents de La République en marche quittent le parti
  • ça fait beaucoup moins que chez LR ou le PS ........

  • ils pensaient tous qu'il existait un homme providentiel. Ils ont vite fait de déchanter devant les premières décisions du chef, l'homme qui décide de tout. Espérons que la démission de ce pseudo parti est en marche.

  • la bulle se dégonfle déjà!!!!!!

  • LREM est un pseudo parti politique qui n'a aucune eu aucune structure par le passé il s'est crée comme "nuit debout de l'été 2016" ce sont des mouvements éphémères tel l'huile évanescente qui une fois appliqué donne l'apparence de l'huile mais une heure après cette huile légère s'est évaporée.
    Un parti politique se crée avec des personnes issues du syndicalisme, d'associations de clubs divers, si cela part d'une idée, d'un coup de tête il n'y a pas de fondation réelle dans le temps et l'issue est souvent fatale.

  • C'est la mode de quitter : tu veux ou tu veux pas ? l'impatience caractérise notre temps , je veux et tout de suite tant pis si il faut faire l'effort d'attendre. l'éclosion ne peut être systématique ni instantanée.. c'est cela qui rend le temps et les adhésions instables !