Municipales : pour Richard Ferrand la loi "PLM" est un "dysfonctionnement"
News
Orange avec Media Services - 05 juillet 2020 à 20h14
Jean Castex fixera le cap politique "en milieu de semaine prochaine"
News
Orange avec Media Services - 03 juillet 2020 à 21h42
Municipales à Marseille : Alain Delon soutient Samia Ghali
News
Orange avec Media Services - 03 juillet 2020 à 19h27
Marseille : Martine Vassal (LR) abandonne au profit de Guy Teissier (LR), un deuxième candidat se déclare
News
Orange avec Media Services - 02 juillet 2020 à 16h49
"J'aurais dû venir avec une paire de couilles, peut-être que j'aurais eu le droit de parler", s'agace Brune Poirson
News
Orange avec AFP-Services - 29 juin 2020 à 15h58
Municipales : Patrick de Carolis met fin à 19 ans de communisme à Arles en devenant le maire de la ville
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 14h10
Nord : un fils ravit le siège de maire à son père
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 13h00
Municipales : Lyon, Bordeaux, Besançon... Ces villes remportées par les écolos
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 12h21
Municipales : les candidats LFI "ont permis" que les coalitions écologistes l'emportent, estime Eric Coquerel
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 12h05
Municipales : "Ce n'est pas une bonne soirée pour LREM", reconnaît Stanislas Guérini
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 11h13

Second tour des municipales : faut-il craindre un impact sur la propagation du Covid-19 ?

Second tour des municipales : faut-il craindre un impact sur la propagation du Covid-19 ?
(Photo d'illustration)

, publié le jeudi 25 juin 2020 à 12h40

Selon deux universitaires, en l'état actuel de l'épidémie, le second tour des municipales prévu dimanche aura peu d'impact mesurable sur la propagation du coronavirus. Leur étude s'arrête néanmoins au 19 juin, soit avant la Fête de la musique et ses nombreux rassemblements, soulignent-t-ils.

Alors que de nouveaux foyers de coronavirus resurgissent un peu partout en France, faut-il craindre le second tour des élections municipales qui aura lieu dimanche 28 juin ? Selon deux économistes de l'université de Namur, en Belgique, il n'y aura pas d'impact sur le nombre de contaminations , et donc d'hospitalisations, suffisamment important pour être mesurable. 




Pour mener leur étude, publiée le 22 juin et dévoilée jeudi 25 juin par Le Parisien, les deux scientifiques ont comparé le nombre d'hospitalisation le 26 mars, soit 11 jours après le premier tour, qui correspond au temps moyen donné dans la littérature scientifique entre la contamination et l'hospitalisation, à celui attendu sans facteurs extérieurs tels que les élections ou le confinement. Conclusion : le vote a eu un impact sur le nombre d'hospitalisations, mais uniquement dans les territoires où le virus circulait déjà beaucoup.

Plus la participation a été importante, plus les interactions ont été nombreuses, plus le virus a circulé, et donc logiquement le nombre d'hospitalisations a suivi. Au total, du 27 mars au 31 mars, 4.000 hospitalisations seraient liées au premier tour, soit 17 % du total des hospitalisations en mars, selon le chiffre indiqué au 31 mars par Santé publique France.

Il devrait être ainsi de même pour le second tour en France métropolitaine, d'autant plus que le niveau de l'épidémie n'est plus comparable, même si le "virus "continue à circuler sur le territoire" a encore mis en garde mercredi 24 juin la Direction générale de la Santé dans son point quotidien, soulignant que 272 "clusters" avaient été enregistrés depuis le 9 mai. 

Néanmoins, cette étude, qui n'en est qu'au stade de prépublication, c'est-à-dire qu'elle n'a pas été relue par les pairs avant une éventuelle publication dans une revue scientifique, s'arrête au 19 juin, souligne Le Parisien. "Si un rebond est en train de se produire actuellement, par exemple après les regroupements lors de la Fête de la musique (le week-end dernier, ndlr), on peut malheureusement craindre un effet", estime Marc Sangnier, l'un des co-auteurs. 

Marqué par une forte abstention, le premier tour du 15 mars, à la veille de l'annonce du confinement, n'aurait "pas contribué statistiquement" à la propagation du Covid-19, selon une étude conduite par des statisticiens et des épidémiologistes publiée mi-mai par Le Monde. Cette enquête n'excluait néanmoins une augmentation du nombre de contamination. Une autre étude, analysée par Le Parisien le 11 juin, suggérait par ailleurs que la forte abstention avait permis d'éviter plus de 5.000 décès.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.