Retrait de Griveaux : "Non, tous les coups ne sont pas permis", estime Jean-Luc Mélenchon

Retrait de Griveaux : "Non, tous les coups ne sont pas permis", estime Jean-Luc Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon, le 14 janvier 2020 à Paris.

, publié le vendredi 14 février 2020 à 14h55

Le chef de file de La France insoumise (LFI) a condamné vendredi la publication "odieuse" "d'images intimes pour détruire un adversaire", après le retrait de Benjamin Griveaux de la campagne municipale à Paris.

Les responsables politiques ont unanimement condamné vendredi 14 février la diffusion sur le web de la vidéo intime à l'origine de la chute de Benjamin Griveaux.




Ses ex-adversaires à la mairie de Paris, comme la socialiste Anne Hidalgo ou l'élue Les Républicains Rachida Dati ont ainsi appelé "au respect de la vie privée". "L'attaque indigne qu'il subit est une menace grave pour notre démocratie", a de son côté tweeté l'ex-LREM et candidat dissident à la mairie de Paris Cédric Villani.




"La publication d'images intimes pour détruire un adversaire est odieuse. Refusons le naufrage voyeuriste de la vie publique du pays", a également lancé le patron de LFI Jean-Luc Mélenchon sur Twitter. Non, tous les coups ne sont pas permis", a-t-il ajouté dans ce message publié sur Twitter, s'adressant à ses militants : "Insoumis, ne participez d'aucune façon au règlement de compte dont Benjamin Griveaux fait l'objet".


Toujours dans le camp insoumis, la conseillère LFI de Paris et candidate à la mairie de Paris Danielle Simonnet a confié sur BFMTV "toute (s)on indignation parce que la vie politique mérite mieux" que "cette boue", dénonçant "l'instrumentalisation de la vie privée".

Le député Alexis Corbière, proche de Jean-Luc Mélenchon, a sur la même chaîne critiqué "l'américanisation" de la vie politique, tout en déclarant : "je comprends il est intimement ébranlé. Mais ça ne le gêne pas, lui, pour porter des coups rudes contre les Français" en soutenant la réforme des retraites du gouvernement.




À gauche toujours, le secrétaire national du PCF Fabien Roussel a tweeté : "La politique, c'est du débat, ce sont des idées que l'on combat ou que l'on défend. Mais cela n'est pas ça. Ceux qui participent à cette opération sont d'ignobles personnages".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.