Municipales : pour Richard Ferrand la loi "PLM" est un "dysfonctionnement"
News
Orange avec Media Services - 05 juillet 2020 à 20h14
Jean Castex fixera le cap politique "en milieu de semaine prochaine"
News
Orange avec Media Services - 03 juillet 2020 à 21h42
Municipales à Marseille : Alain Delon soutient Samia Ghali
News
Orange avec Media Services - 03 juillet 2020 à 19h27
Marseille : Martine Vassal (LR) abandonne au profit de Guy Teissier (LR), un deuxième candidat se déclare
News
Orange avec Media Services - 02 juillet 2020 à 16h49
"J'aurais dû venir avec une paire de couilles, peut-être que j'aurais eu le droit de parler", s'agace Brune Poirson
News
Orange avec AFP-Services - 29 juin 2020 à 15h58
Municipales : Patrick de Carolis met fin à 19 ans de communisme à Arles en devenant le maire de la ville
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 14h10
Nord : un fils ravit le siège de maire à son père
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 13h00
Municipales : Lyon, Bordeaux, Besançon... Ces villes remportées par les écolos
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 12h21
Municipales : les candidats LFI "ont permis" que les coalitions écologistes l'emportent, estime Eric Coquerel
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 12h05
Municipales : "Ce n'est pas une bonne soirée pour LREM", reconnaît Stanislas Guérini
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 11h13

Municipales : un candidat LREM de Vitry-sur-Seine s'emporte contre ses adversaires

Municipales : un candidat LREM de Vitry-sur-Seine s'emporte contre ses adversaires
(Photo d'illustration)

, publié le dimanche 09 février 2020 à 09h30

Après la diffusion samedi d'une vidéo d'un candidat La République en marche (LREM) virulent, le PS réclame des sanctions, tandis que le parti présidentiel assure que ses équipes ont été prises à partie en premier.

À un peu plus d'un mois des élections municipales, la tension monte à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne). Une vidéo diffusée samedi 8 février sur Twitter par Shamime Attar, élu PS à la mairie de Vitry, montre un des membres de la liste La République en marche de Vitry-sur-Seine en pleine altercation avec un autre homme lors d'une séance de distribution de tracts. "On se donne rendez-vous le soir quelque part, et je te nique ta race... T'as compris?", lance le marcheur, identifié sur le réseau social comme étant Daly Ndiaye, animateur de La République En Marche et membre de la liste conduite par Kamale Sobhi pour le scrutin du 15 mars prochain.




"Bravo En Marche pour votre candidat Daly Ndiaye. qui insulte et menace les habitants de Vitry. Super votre liste Kamale Sobhi ! Entre vous qui êtes parachuté et votre ami voyou, ça promet", dénonce é M. Attar dans ce post, vu plus de 125.000 fois ce dimanche matin.



Contacté par Le Parisien, l'élu PS a livré sa version des faits. "J'étais avec deux collègues lorsque nous avons entendu des voix s'élever (...) Daly Ndiaye était énervé et il a tenu des propos menaçants. Je ne connais pas l'homme avec qui il s'entretenait. À ma connaissance ce n'est pas quelqu'un du PS ou du PCF", a-t-il expliqué. 

Toujours sur Twitter, le député PS du Val-de-Marne Luc Carvounas a interpellé le délégué général de LREM. "Condamnez vous ce type d'attitude violente, brutale et de voyou?", a-t-il demandé à Stanislas Guerini, en repostant la vidéo. 




Au Parisien, l'élu précise : "Monsieur Ndiaye était le suppléant de mon adversaire LREM aux législatives de 2017. Il s'était montré quelque peu virulent mais pas insultant. J'attends une condamnation publique de la direction du parti. Ce monsieur est responsable de la section locale. J'attends une réaction forte."

Un militant LREM agressé

"Ce sont des propos inadmissibles et c'est un comportement qui ne fait pas partie de mes valeurs ni de celles de monsieur Ndiaye", assure de son côté Kamale Sobhi. "Mais il faut rappeler les faits dans leur globalité", souligne-t-il toutefois auprès du quotidien. 

Selon la tête de liste LREM, ce sont ses équipes qui ont été prises à partie en premier. "L'homme que l'on voit avec Daly Ndiaye est arrivé le premier avec son vélo pour gêner notre tractage. Il dialoguait avec mes équipes, le ton est un peu monté. Il est parti au bout de 20 minutes avant de revenir avec une femme et un jeune enfant en poussette. Ils tenaient une pancarte Stop Macron", assure-t-il. À ce moment-là, "un petit attroupement s'est formé, je me tenais un peu plus loin, poursuit-il. Nos tracts ont été arrachés, l'un de nos militants a même été agressé, ils ont essayé de le faire tomber et ont tenté de l'étrangler. C'est un monsieur âgé de 70 ans, il est malade." L'homme en question a décidé de porter plainte, a-t-il par la suite affirmé sur Twitter. 


Plus tard dans la soirée, le référent départemental LREM Val-de-Marne Nabil Benbouha, a indiqué que le parti condamnait "fermement les propos qui ont été tenus" tout en ajoutant que "chaque jour, sur le terrain, nos militants et partenaires sont entravés dans leur liberté de faire campagne."

Contacté par Le Parisien, Daly Ndiaye s'est dit quant à lui "abasourdi" et a expliqué regretter "toutes les violences, d'où qu'elles viennent". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.