Municipales : Michèle Rubirola élue à Marseille au terme d'une campagne rocambolesque

Municipales : Michèle Rubirola élue à Marseille au terme d'une campagne rocambolesque
©Panoramic

, publié le dimanche 28 juin 2020 à 20h00

Michèle Rubirola est ressortie gagnante des élections municipales à Marseille dimanche 28 juin. Elle prend la suite de Jean-Claude Gaudin, maire pendant 25 ans, et ce après une campagne marquée par des soupçons de fraude.

Les bulletins de vote ont finalement livré leur verdict.

Après des semaines de campagne électorale, c'est finalement Michèle Rubirola qui a été élue en tant que maire de Marseille (Bouches-du-Rhône). Elle a récolté 39,9% des votes, devançant notamment ses opposants comme la candidate LR Martine Vassal qui remporte 29,8% des suffrages. En troisième position, c'est le représentant du RN Stéphane Ravier qui arrive avec 19,8% des votes.



C'est un véritable tournant pour la cité olympienne. Cette élection marque la fin de la très grande page écrite par Jean-Claude Gaudin. L'ancien élu LR a exercé pendant 25 ans ce rôle de maire de la ville.

Une campagne mouvementée

Ce vote final met un terme à une campagne électorale qui aura fait énormément parler d'elle. Désignée comme la remplaçante de Jean-Claude Gaudin, la candidate LR Martine Vassal a été visée par des soupçons de fraudes.

France 2 avait révélé que deux candidates sur sa liste avaient contacté des électeurs pour leur proposer des « procurations simplifiées » par SMS. « Chers amis, (...) Si certains d'entre vous souhaitent nous soutenir en votant mais ne peuvent ou ne veulent pas se déplacer (...) je peux prendre votre procuration de façon simplifiée (sans vous déplacer juste par téléphone) (...) et je m'occupe de tout », était-il écrit dans le message.

Une pratique interdite. Une enquête pour faux, usage de faux et manœuvres frauduleuses tendant à l'exercice irrégulier d'un vote par procuration a été ouverte. Plusieurs perquisitions ont eu lieu et les procurations du premier tour des élections municipales ont été examinées attentivement.

Face à la polémique, Martine Vassal s'est défendue. « Je ne suis pas une fraudeuse, je ne l'ai jamais été et ce n'est pas maintenant que je vais commencer à l'être », a-t-elle assuré au micro de BFMTV. Face aux soupçons, elle a même demandé au ministre de l'Intérieur d'annuler « l'ensemble des procurations qui ont été déposées pour le deuxième tour ».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.