Municipales : Macron a tranché sur le sort des ministres qui seront battus

Municipales : Macron a tranché sur le sort des ministres qui seront battus©Panoramic

, publié le jeudi 06 février 2020 à 08h10

Alors que plusieurs membres du gouvernement seront en lice lors des prochaines élections municipales, les 15 et 22 mars, Le Parisien révèle que ceux-ci pourront conserver quoi qu'il arrive leur portefeuille ministériel.

Le prochain scrutin municipal est décidément un feuilleton plein de rebondissements et d'incertitudes pour la majorité au pouvoir. De la rivalité destructrice entre Benjamin Griveaux et Cédric Villani à Paris au duel avorté entre Didier Guillaume et Jean-Baptiste Lemoyne à Biarritz, l'échéance électorale dont Emmanuel Macron ne semble pas vouloir tirer d'enseignement national remue une majorité impopulaire et en grande difficulté sur le front des réformes.



Dans ce contexte délicat, une dizaine de ministres ont décidé de tenter leur chance. Un nombre qui pourrait encore augmenter, d'autant que selon une information du Parisien, Emmanuel Macron a décidé que ceux qui seront défaits pourront dans tous les cas conserver leur place au gouvernement.

"Un gouvernement qui flippe"

Les plus en vue seront évidemment Edouard Philippe, qui brigue la mairie du Havre (Seine-Maritime), qu'il a déjà occupée entre 2010 et 2017 et Gérald Darmanin, qui souhaite revenir à la tête de la ville de Tourcoing (Nord), comme ce fût le cas entre 2014 et 2017. Sébastien Lecornu, Marlène Schiappa, Franck Riester, Marc Fesneau ou Agnès Pannier-Runacher seront notamment en lice, même s'ils ne se présentent pas tous comme tête de liste.

Alors que le Premier ministre lui-même avait prévenu en septembre dernier que les ministres devraient faire un choix entre leur éventuel mandat local et leur place au gouvernement, sa candidature au Havre semble avoir changé la donne. Ce "soutien" du chef de l'Etat donne donc carte blanche à ceux qui hésiteraient encore, même si, comme le confie une source macroniste au Parisien, cette situation "donne l'impression d'un gouvernement qui flippe".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.