Municipales : pour Richard Ferrand la loi "PLM" est un "dysfonctionnement"
News
Orange avec Media Services - 05 juillet 2020 à 20h14
Jean Castex fixera le cap politique "en milieu de semaine prochaine"
News
Orange avec Media Services - 03 juillet 2020 à 21h42
Municipales à Marseille : Alain Delon soutient Samia Ghali
News
Orange avec Media Services - 03 juillet 2020 à 19h27
Marseille : Martine Vassal (LR) abandonne au profit de Guy Teissier (LR), un deuxième candidat se déclare
News
Orange avec Media Services - 02 juillet 2020 à 16h49
"J'aurais dû venir avec une paire de couilles, peut-être que j'aurais eu le droit de parler", s'agace Brune Poirson
News
Orange avec AFP-Services - 29 juin 2020 à 15h58
Municipales : Patrick de Carolis met fin à 19 ans de communisme à Arles en devenant le maire de la ville
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 14h10
Nord : un fils ravit le siège de maire à son père
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 13h00
Municipales : Lyon, Bordeaux, Besançon... Ces villes remportées par les écolos
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 12h21
Municipales : les candidats LFI "ont permis" que les coalitions écologistes l'emportent, estime Eric Coquerel
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 12h05

Municipales : Jadot, Mélenchon, Le Pen ... Toutes les réactions aux résultats du second tour

Municipales : Jadot, Mélenchon, Le Pen ... Toutes les réactions aux résultats du second tour©Panoramic

, publié le lundi 29 juin 2020 à 08h10

Toute la classe politique a réagi aux résultats du second tour des élections municipales, marqué par la percée des écologistes et le fiasco du parti présidentiel.

Le second tour des élections municipales a livré son verdict. Et s'il a fallu attendre trois mois et demi avant de retourner aux urnes, crise sanitaire oblige, les résultats n'ont pas manqué de faire réagir.

Entre le triomphe des écologistes, la victoire du Premier ministre au Havre ou encore la déception LREM, la soirée électorale du dimanche 28 juin a été animée.


Le principal enseignement de la soirée est la poussée significative d'Europe Ecologie - Les Verts. Vainqueurs seuls (Strasbourg, Tours, Poitiers, Besançon) ou à la tête d'une alliance de gauche (Lyon, Bordeaux), les écologistes ont raflé de nombreuses grandes villes. Sur les plateaux TV, à chaque annonce de résultat positif pour son camp, Yannick Jadot, tête de liste EELV aux dernières européennes, n'en revenait pas. "On a vu dans cette campagne une incroyable aspiration populaire à s'emparer de nouveau de sa vie (...) C'est un moment historique, il y aura un avant et un après", a-t-il réagi sur le plateau de France 2 dimanche. Le triomphe des Verts va, à coup sûr, déboucher sur une redistribution des cartes à gauche.

Faure "prêt" à se ranger derrière un candidat écologiste

Sur RTL, ce lundi 29 juin, Olivier Faure a d'ailleurs ouvert la porte à une alliance pour la prochaine élection présidentielle. "Je suis prêt à me ranger derrière celui qui incarnera le bloc social écologiste. Il ne faut pas regarder les choses en fonction des origines de chacun, la question n'est pas d'où il vient mais où il va et où nous allons ensemble", a-t-il affirmé. Celui qu'il faudra convaincre pour une coalition à gauche, Jean-Luc Mélenchon, a pour sa part préféré souligner l'abstention. "Il est très difficile de tirer des enseignements d'une situation dans laquelle tant de gens s'abstiennent, où il y a un tel néant civique qui se dresse en face des listes", a-t-il continué, ajoutant que les élections municipales "auront surtout pourvu à l'aggravation de la crise civique dans ce pays", a regretté le chef de file de La France insoumise.

Symbolisé par le très faible score d'Agnès Buzyn à Paris (troisième derrière Anne Hidalgo et Rachida Dati avec un peu plus de 13% des suffrages), ce second tour des municipales est un coup dur pour La République en marche. "Je prends ces résultats avec beaucoup d'humilité. Bien sûr qu'il y a de la déception. Bien sûr que j'aurais voulu bouger davantage les lignes", a réagi Stanislas Guerini, délégué général de LREM, sur TF1, quelques minutes après l'annonce des résultats. L'une des rares satisfactions pour les membres du gouvernement, en revanche, est la victoire écrasante d'Edouard Philippe au Havre. Le Premier ministre a été réélu avec 19 points d'avance sur son rival communiste. "Les résultats sont nets", a-t-il savouré. "C'est à la fois un acte de confiance et une responsabilité exceptionnelle."

"Un déclic" pour Marine Le Pen

A Paris, Les Républicains et Rachida Dati n'auront justement pas réussi à battre Anne Hidalgo et sa coalition de gauche. Malgré son échec dans la capitale et la perte de grandes villes comme Marseille ou Bordeaux, le parti présidé par Christian Jacob l'a notamment emporté à Toulouse et a conquis des villes comme Lorient ou Arles. "On renoue avec la victoire. C'est de bon augure pour les élections sénatoriales, mais aussi départementales et régionales à venir", a prédit le président des Républicains sur le plateau de France 2. D'après lui, "plus de la moitié des villes de plus de 9 000 habitants" sont tombées dans l'escarcelle de son parti.

Vainqueur à Perpignan grâce à Louis Aliot, le Rassemblement national va quant à lui diriger sa première ville de plus de 100 000 habitants. "Ce n'est pas seulement d'ailleurs une victoire symbolique, c'est un vrai déclic, parce que nous allons aussi pouvoir démontrer que nous sommes capables de gérer de grandes collectivités, ce qui évidemment aura son importance compte tenu des échéances départementales et régionales", a réagi la présidente du parti d'extrême droite, Marine Le Pen. Pour le nouveau maire de Perpignan, cette victoire est seulement une première pierre . "Cette formation politique doit progresser, se professionnaliser pour arriver à rassembler au-delà de ce qu'elle rassemble aujourd'hui", a lancé Louis Aliot sur RTL, ce lundi matin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.