Municipales à Paris : Rachida Dati s'en prend à Anne Hidalgo

Municipales à Paris : Rachida Dati s'en prend à Anne Hidalgo©Panoramic

, publié le lundi 16 mars 2020 à 09h43

Arrivée en seconde position au premier tour des élections municipales à Paris, Rachida Dati sort l'artillerie contre sa rivale, Anne Hidalgo, au micro d'Europe 1.

"Quand vous êtes maire sortant à 29% ce n'est pas énorme". L'attaque est signée : Rachida Dati.

Sa cible ? Anne Hidalgo. C'est bien cette dernière qui est arrivée en tête des votes lors du premier tour des élections municipales à Paris avec 29,33% des suffrages. Elle devance largement Rachida Dati (22,72%) et Agnès Buzyn (17,26%). La maire LR sortante du 7e arrondissement de la capitale a été la seule maire d'arrondissement réélue dès le premier tour. Ailleurs, la bataille est lancée pour le second tour... si second tour il y a.


Ce lundi matin sur Europe 1, Rachida Dati n'a pas manqué d'égratigner sa rivale : "Elle arrive à 29%, j'arrive à 23% avec un électorat démobilisé ou qui n'a pas pu prendre ses dispositions pour aller voter". Et d'ajouter : "Quand vous êtes maire sortant à 29% ce n'est pas un énorme. Tous les maires sortants bénéficient d'une forte avance, certains sont même élus au premier tour. Je suis la seule maire à Paris à avoir été élue au premier tour". L'ancienne garde des Sceaux n'a pas manqué d'enfoncer le clou, expliquant : "C'est la première fois depuis 1983 dans le 7e arrondissement que le maire est élu au premier tour".

Une crise sanitaire sans précédent

Anne Hidalgo n'était pas, de son côté, tête de liste dans le 11e arrondissement de Paris. Sa liste arrive largement en tête du premier tour avec 43,05% des voix, loin devant la liste LREM menée par Guillaume Poitoux (14,15%), celle de l'écologiste David Belliard (13,40%) et celle de soutenue par LR menée par Nelly Garnier (12,92%).

Rachida Dati semble accuser le coup : "Ma première déception, c'est qu'on ne prend pas de décisions claires pour la santé des Français. La seconde c'est de pouvoir biaiser un devoir civique et démocratique". Pour elle, le faible score des Républicains repose sur l'épidémie de coronavirus qui frappe la France de plein fouet. Une crise sanitaire sans précédent qui laisse planer le doute sur un éventuel report du second tour qui doit se tenir dimanche prochain.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.