Municipales à Paris : Mounir Mahjoubi se dit "disponible" pour remplacer Benjamin Griveaux

Municipales à Paris : Mounir Mahjoubi se dit "disponible" pour remplacer Benjamin Griveaux
Mounir Mahjoubi : "J'ai toujours dit que j'étais candidat et que j'étais disponible"

, publié le vendredi 14 février 2020 à 17h11

Mounir Mahjoubi va-t-il remplacer Benjamin Griveaux, après le retrait fracassant de sa candidature à la mairie de Paris ce vendredi 14 février ? "J'ai toujours dit que j'étais candidat et que j'étais disponible", a en tout cas fait savoir le député LREM.

Qui sera désormais le candidat LREM à la mairie de Paris après l'abandon de Benjamin Griveaux ce vendredi 14 février ? Plusieurs noms circulent, parmi lesquels Delphine Bürkli, maire du IXe arrondissement, le sénateur de Paris Julien Bargeton, ou encore Mounir Mahjoubi. Ce dernier n'a pas caché ses ambitions face aux journalistes, présents devant le siège de LREM à Paris ce vendredi. "J'ai toujours dit que j'étais candidat et que j'étais disponible, certains m'ont demandé d'être ce candidat, beaucoup de Marcheurs me demandent d'être ce candidat. Mais ce candidat ne sera pas que celui d'En Marche, ce sera un candidat du rassemblement", a affirmé le député selon des images diffusées sur BFMTV.


A un mois des élections municipales, qui auront lieu le 15 mars prochain, le nom du nouveau candidat LREM devrait rapidement être révélé. "On s'en parle ce soir, on continue d'échanger ensemble. Si on pense collectivement que ce sera moi, alors on ira on avance et on va gagner. Et si, collectivement, on pense qu'il y a d'autres choix possibles, hé bien on ira ! Ce que je veux vous dire, c'est que l'ambiance de discussion, c'est une ambiance d'écoute", a fait savoir Mounir Mahjoubi.

"Benjamin était très digne"

Le député a continué avec un mot sur l'affaire dans laquelle se trouve l'ancien candidat Benjamin Griveaux, qui a jeté l'éponge après la diffusion d'une vidéo intime. "Benjamin était très digne, il a pris le temps de nous expliquer son choix, il l'a fait extrêmement librement. C'est lui qui a décidé d'arrêter cette campagne, parce qu'il pensait que les conditions n'étaient plus réunies pour lui et pour sa famille. Je demande le plus grand respect pour lui", a ajouté l'ancien secrétaire d'État chargé du Numérique.


"Ce que cela dit sur la démocratie et sur les réseaux sociaux, là je le dis en tant qu'expert : c'est extrêmement grave. Que la capacité qu'on peut avoir à manipuler et déstabiliser notre pays, notamment dans le cadre des élections, et des prochaines élections qui arriveront, c'est important que l'on se pose la question du rôle des plateformes, que l'on se pose la question de notre capacité à agir vite", a conclu Mounir Mahjoubi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.