Municipales : pour Richard Ferrand la loi "PLM" est un "dysfonctionnement"
News
Orange avec Media Services - 05 juillet 2020 à 20h14
Jean Castex fixera le cap politique "en milieu de semaine prochaine"
News
Orange avec Media Services - 03 juillet 2020 à 21h42
Municipales à Marseille : Alain Delon soutient Samia Ghali
News
Orange avec Media Services - 03 juillet 2020 à 19h27
Marseille : Martine Vassal (LR) abandonne au profit de Guy Teissier (LR), un deuxième candidat se déclare
News
Orange avec Media Services - 02 juillet 2020 à 16h49
"J'aurais dû venir avec une paire de couilles, peut-être que j'aurais eu le droit de parler", s'agace Brune Poirson
News
Orange avec AFP-Services - 29 juin 2020 à 15h58
Municipales : Patrick de Carolis met fin à 19 ans de communisme à Arles en devenant le maire de la ville
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 14h10
Nord : un fils ravit le siège de maire à son père
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 13h00
Municipales : Lyon, Bordeaux, Besançon... Ces villes remportées par les écolos
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 12h21
Municipales : les candidats LFI "ont permis" que les coalitions écologistes l'emportent, estime Eric Coquerel
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 12h05
Municipales : "Ce n'est pas une bonne soirée pour LREM", reconnaît Stanislas Guérini
News
Orange avec Media Services - 29 juin 2020 à 11h13

Municipales à Marseille : le candidat LREM pète les plombs puis s'excuse

Municipales à Marseille : le candidat LREM pète les plombs puis s'excuse©Panoramic

, publié le mercredi 12 février 2020 à 11h10

Yvon Berland, qui brigue la mairie de Marseille pour LREM, a insulté lundi un journaliste des Échos pour un article sur sa campagne qui lui a déplu. Le lendemain, il présentait ses excuses.

Le candidat soutenu par La République en marche aux municipales à Marseille a disjoncté, révèle France Bleu.

"Merci pour cet article. Tu me donnes une telle énergie que je vais te mettre la tête dans le cul", a-t-il envoyé lundi 10 février par SMS à Paul Molga, le correspondant local des Échos, lui donnant rendez-vous "le 15 et le 22" mars, jours du scrutin.

Et le candidat soutenu par le parti d'Emmanuel Macron ne s'est pas arrêté là. Le journaliste affirme qu'il a reçu des tas d'autres messages du même type sur son téléphone et ses comptes Facebook et Twitter pendant plusieurs heures.



L'origine du courroux du volcanique marseillais Yvon Berland est un article sur sa campagne publié lundi dans Les Échos. Paul Molga y assure que "la campagne phocéenne du mouvement présidentiel casse les codes et bouscule les habitudes locales. Mais elle peine à séduire les électeurs et les défections se multiplient" tant chez les colistiers que chez les militants. Il ajoute que "les Marseillais ne sont prêts à octroyer que 8% de leurs voix à la liste LREM" au premier tour, selon une enquête Ipsos-Sopra Stéria.

Pire, il évoque "un problème de casting" avec un "inconnu du grand public" de 68 ans, Yvon Berland, "vieilli" sur ses affiches de campagne "par le choix d'une photo en noir et blanc sur fond criard de couleur pop et un slogan, "Voir grand, agir vite", qui rappelle étrangement celui de la première campagne municipale de Jean-Claude Gaudin, il y a 25 ans".

La nuit a dû porter conseil à Yvon Berland, ainsi que son parti, car Stanislas Guérini, le patron de LREM, a présenté ses excuses à Paul Molga avant lui, d'après France Bleu. Dès le lendemain, via un communiqué, il s'est excusé auprès du journaliste : "Ma réaction a été assurément disproportionnée et je tiens à m'en excuser sincèrement".

Le candidat marseillais "regrette" toutefois que Paul Molga n'ait pas "pris la peine d'interroger directement" son équipe ou lui. Le correspondant des Échos ne portera pas plainte, mais s'en souviendra.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.